Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : les migrants évacués du square Vertais quelques jours après s'y être installés

vendredi 26 octobre 2018 à 11:49 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

En début de semaine, une soixantaine de migrants avaient installé un campement de fortune square Vertais, sur l'île de Nantes. Ils ont été évacués ce vendredi matin. La mairie avait prévenu : elle ne tolère plus "d'occupation de l'espace public".

Après leur évacuation, la soixantaine de migrants s'est retrouvée à attendre sur le trottoir
Après leur évacuation, la soixantaine de migrants s'est retrouvée à attendre sur le trottoir © Radio France - Marion Fersing

Nantes, France

Installé en début de semaine, un nouveau campement de migrants a été évacués, ce vendredi matin, sur l'île de Nantes. Ils étaient une soixantaine à dormir sous des tentes, square Vertais, sous le pont de chemin de fer. Des hommes, jeunes, venus de Guinée, d'Erythrée, du Soudan... Dont un couple avec un très jeune enfant. 

Des gravas pour empêcher une nouvelle installation

La mairie avait prévenu après l'évacuation du square Daviais et l'ouverture de cinq gymnases pour héberger les 700 migrants qui s'y trouvaient : elle ne tolérerait plus "d'occupation de l'espace public". Elle ne propose donc aucune solution pour les personnes expulsées ce vendredi matin. 

Aussitôt après l'évacuation, des engins de chantier sont entrés en action pour empêcher une nouvelle installation square Vertais.

Des gravas et de la terre ont été déposés pour empêcher une nouvelle installation - Radio France
Des gravas et de la terre ont été déposés pour empêcher une nouvelle installation © Radio France - Marion Fersing

Pourquoi ils nous traitent comme ça ? On est pas des animaux !

"Pourquoi ils nous traitent comme ça ?", demande un jeune Guinéen, arrivé à Nantes il y a trois mois. "On n'est pas des animaux, on est des êtres humains. On ne doit pas nous traiter comme des animaux." Il raconte qu'il dormait à Daviais, que quand le square a été évacué, il était à la préfecture pour sa demande d'asile. Alors, il n'a pas eu de place dans un des gymnases. Et depuis, il reçoit toujours la même réponse : on ne peut rien faire pour toi.

J'ai un grand respect pour la France, mais je suis tellement frustré !

Il a donc fini par atterrir au square Vertais en début de semaine. Il a trouvé une tente. Mais il a eu froid. Il est déjà allé plusieurs fois à l'hôpital, il a des cloques sur les mains. "Je me sens mal, je me sens très très mal. J'ai un grand respect pour la France, mais je ne sais pas... Je ne sais pas. Ma situation est tellement...", il peine à trouver les mots. "Je suis tellement frustré". Malgré tout, il répète aussi avec fermeté qu'il veut rester à Nantes.

Le dispositif d'hébergement toujours saturé

Après avoir passé la matinée sur le trottoir, à côté du square Vertais, la soixantaine de migrants évacués est allée devant la préfecture pour demander une solution. Les services de l'État répondent que le dispositif d'hébergement est toujours saturé à Nantes et dans la région. Que le couple avec un enfant en bas âge a été pris en charge par le SIAO (service intégré d'accueil et d'orientation) qui va s'occuper de leur hébergement. Que les demandeurs d'asile dont la demande a été enregistrée en France pourront être pris en charge dans la limite des places disponibles et que les autres devront quitter le territoire.