Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : manif pro-avortement dans le calme

samedi 11 février 2017 à 17:15 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

Une quarantaine de personnes favorables à l'Interruption Volontaire de Grossesse ont manifesté dans le calme ce samedi après-midi place du Commerce à Nantes. Des femmes et des hommes venus rappeler qu'en France le droit à l'avortement est un droit fondamental qui date de 1975.

Les manifestants pro-IVG ont sorti les pancartes en début d'après-midi place du Commerce
Les manifestants pro-IVG ont sorti les pancartes en début d'après-midi place du Commerce © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

J'ai avorté, j'ai pas honte de l'avoir fait, c'était pas le moment pour moi, même si je souhaite avoir des enfants plus tard. J'étais très bien entourée, par mon petit-ami, ma famille, ça c'est bien passé. Je suis contente d'avoir eu ce droit à l'avortement - Justine

Justine témoigne de son avortement à l'âge de 21 ans.

Un grand sourire, et une pancarte vite bricolée, Justine, 21 ans arbore le slogan du collectif "Féministes Plurielles". Elle en est une des fondatrices.

Sur ma pancarte y'a marqué un enfant quand je veux où je veux, mon utérus,c'est mon choix - Justine, 21 ans.

Un droit que Justine, plus de 40 ans après la loi Veil, estime impératif de rappeler.

Certaines personnes souhaitent encore abolir ce droit fondamental acquis en 1975; aux Etats-Unis avec Donald Trump, en Pologne les femmes ont encore dû descendre dans la rue cette année, en France aussi certains partis politiques veulent supprimer le droit à l'IVG.

Parmi les manifestants, une poignée d'homme comme Jean-Louis, sur son drapeau on peut lire :

IVG, personne n'a le droit de décider à la place des femmes. Pour un droit à l'avortement libre et gratuit

Le rassemblement se déroule dans le calme. Les Pro IVG prévoient d'autres actions, et notamment pour la journée internationale des femmes, le 8 mars.

En France l'avortement médicamenteux est possible jusqu'à huit semaines, et on peut se faire avorter jusqu'à 14 semaines de grossesse.