Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : une exposition géante contre l'isolement des personnes âgées

-
Par , France Bleu Loire Océan

L'Association les Petits frères des pauvres affiche sur les murs de Nantes les portraits de 165 personnes âgées isolées. Un moyen de rendre visible ces anonymes invisibilisés par l'âge et la pauvreté.

L'équipe des bénévoles des Petits frères des Pauvres installe les portraits sur la façade du Lieu Unique.
L'équipe des bénévoles des Petits frères des Pauvres installe les portraits sur la façade du Lieu Unique. © Radio France - Flore Catala

Nantes, France

Rendre visibles les invisibles. C'est le projet de Gwenaëlle Cavalié et Sophie Dimey, membres de l'association les Petits frères des pauvres. Toute la semaine, des bénévoles s'activent dans Nantes pour afficher 165 portraits géants sur les murs de la ville. Des mosaïques de photos en noir et blanc sont déjà visibles sur les façades du Lieu Unique, du CHU, de l'École d'Architecture, de la rue de la Commune, mais aussi sous les nefs.

Faire changer les regards

Selon les Petits frères des pauvres, 300.000 personnes de plus de 60 ans sont en état de mort sociale en France. Une situation sur laquelle l'association entend alerter avec cette exposition. "C'est pour changer notre regard", explique Chantal, une bénévole de l'association. L'opération, baptisée "Regarde-moi", vise à susciter la curiosité des Nantais et à interpeller leur regard sur ces personnes oubliées.

Ce sont des gens qui sont invisibles, dans une maison de retraite, qui n'existent pour personne, qui n'ont pas de visite. Et de les voir affichés, c'est vraiment un événement" - Chantal, bénévole aux Petits frères des pauvres.

Gwenaëlle Cavalié (au centre) et des bénévoles des Petits Frères des Pauvres s'activent pour encoller les portraits géants. - Radio France
Gwenaëlle Cavalié (au centre) et des bénévoles des Petits Frères des Pauvres s'activent pour encoller les portraits géants. © Radio France - Flore Catala

Des portraits pour exister

Pendant plusieurs mois, bénévoles et photographes sont allés à la rencontre de ces personnes, à domicile ou en Ehpad, pour les photographier. Un exercice parfois difficile pour les modèles, comme pour Marie-Thérèse, 79 ans, qui n'a "plus l'habitude de sourire", ou comme pour Elisabeth, 62 ans, "tendue" à l'idée d'être au centre de l'attention. "On a mis du temps à les dérider", détaille Chantal, "ce n'est pas facile pour des gens qui n'ont pas eu beaucoup de chance dans la vie d'afficher un visage réjoui". 

Serge ira voir vendredi son portrait affiché en grand dans Nantes. - Radio France
Serge ira voir vendredi son portrait affiché en grand dans Nantes. © Radio France - Flore Catala

Tous ceux qui ont pris part au projet sont pourtant très fiers du résultat, une immense mosaïque de visages souriants et rayonnants, imprimés en noir et blanc et affichés un peu partout dans la ville. Serge, 68 ans, est très heureux d'avoir pu y participer. Il garde depuis une version miniature de son portrait dans sa chambre.

Ces personnes ont toutes le sourire aujourd'hui, mais elles ont pour autant un quotidien plutôt triste. Ces shootings ont été un grand moment de partage, et un beau cadeau pour elles. Elles se sont senties exister" - Gwenaëlle Cavalié, membre des Petits frères des pauvres, au cœur du projet.

Un projet d'envergure

Gwenaëlle Cavalié, Sophie Dimey, les bénévoles de l'association et plusieurs partenaires ont travaillé près d'un an sur cette exposition. Les photos ont été réalisées en collaboration avec les équipes de l'artiste et photographe JR, connu pour ses collages géants en noir et blanc. Une manière pour l'association de gagner en visibilité.

Une manière également pour l'antenne nantaise des Petits frères des pauvres de célébrer ses 60 ans d'existence cette année. Les portraits resteront affichés sur les murs de la ville durant un mois. 

Des événements sont également prévus samedi 18 et dimanche 19 mai : les Petits frères des pauvres convient les nantais à les retrouver au Parc des Chantiers pour une opération de street-art en direct.  "On n'en dit pas plus", lâche Gwenaëlle Cavalié, "on garde la surprise, pour en savoir plus il faut venir". De quoi parvenir à susciter les curiosités.