Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Ne jamais fermer les yeux" : un roman et un collectif pour ne pas oublier la Nuit des Paras en 1961 à Metz

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le collectif 61 à Metz vient d'officialiser sa fondation. Son objectif: entretenir la mémoire de la "Nuit des Paras" du 23 juillet 1961, en pleine guerre d'Algérie. Cette nuit-là, des centaines de parachutistes lancent une chasse à l'homme visant les Algériens. Certains furent jetés dans la Moselle.

Didier Doumergue du Collectif 61 et l'écrivain messin Pierre Hanot avec son nouveau roman : "Aux vagabonds l'immensité"
Didier Doumergue du Collectif 61 et l'écrivain messin Pierre Hanot avec son nouveau roman : "Aux vagabonds l'immensité" © Radio France - Lucas Valdenaire

Il s'agit d'un événement dramatique qui a profondément marqué l'histoire de Metz et l'histoire de France. Pourtant, elle reste méconnue aujourd'hui, y compris par les Mosellans. "La nuit des Paras" du 23 juillet 1961, il y a 59 ans, en pleine guerre d'Algérie. Cette nuit-là, une altercation meurtrière entre Algériens et militaires français embrase la ville de Metz.

Ratonnade et chasse à l'immigré

Nous sommes au Trianon, un dancing de Montigny-lès-Metz. Une bagarre éclate entre Algériens et militaires français. Un ou plusieurs militants du FLN, Front de libération nationale, ouvrent le feu. Le barman et deux soldats sont tués. "A partir de ce moment-là, tous les militaires rentrent dans leur caserne, s'arment et déboulent à plus de 300 dans les quartiers de Metz, à la gare et au Pontiffroy, raconte Pierre Hanot, écrivain messin invité à l'officialisation de la fondation du collectif 61 ce jeudi 23 juillet 2020. Ils exercent une ratonnade, une chasse à l'Arabe et des témoins racontent avoir vu des Algériens balancés dans la Moselle. Aujourd'hui, le bilan reste largement sous-estimé."

On oublie facilement les choses qui dérangent

Cette "Nuit des Paras" reste encore méconnue, essentiellement pour des raisons historiques. "A l'époque, Metz était une ville de garnison et quelques sommités dirigeaient la politique ainsi que la vie quotidienne : l'armée, la police, le clergé, explique l'écrivain. Quelques mois après, il y a les répressions à Paris, il y a Charonne et cela a occulté, en partie, ce qu'il se passait en province. Et puis, on oublie facilement les choses qui dérangent. Parce que le bilan de cette ratonnade, de cette chasse à l'immigré est resté largement sous-estimé par les autorités et la population locale qui a voulu tourner la page très rapidement."

Assumer et lutter

Pierre Hanot a vécu deux rues au-dessus du Trianon. Il avait huit ans au moment des faits. De ce souvenir et après de nombreuses recherches, il tire aujourd’hui un roman intitulé "Aux vagabonds l'immensité" (éditions de La Manufacture du Livre). "La résonance de cet événement m'est apparue tellement évidente avec ce qu'on vit actuellement. A l'époque, il y avait le ghetto du Pontiffroy dans lequel les Algériens vivaient dans des conditions hallucinantes. Et puis, la population restait, pour la plupart, du côté de l'ordre. Et maintenant, la question que je me pose, c'est comment on fait, en 2020, pour continuer à vivre ensemble ?"

Il ne faut pas fermer les yeux sur l'histoire qu'on a vécue

"C'est important de ne pas oublier cet événement, déclare Didier Doumergue, membre actif du collectif 61. Si nous voulons vivre ensemble, il ne faut pas fermer les yeux sur l'histoire qu'on a vécue. On ne peut pas se projeter dans l'avenir si on ne reprend pas tout ce qu'il s'est passé dans l'histoire. Bien sûr, c'est dramatique, mais il faut l'assumer. Il faut comprendre pourquoi on en est arrivé à cette violence. En tout cas, les récentes manifestations contre les violences policières, ou les manifestations aux Etats-Unis à propos de la mort de George Floyd, nous montrent qu'il faut remettre sur le métier à chaque fois. Il faut continuer à lutter contre le racisme. Et il faut rester très vigilant parce que la violence peut nous emporter très loin."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess