Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ne partez plus en tongs dans les calanques !

jeudi 21 juin 2018 à 12:47 Par Tony Selliez, France Bleu Provence

Les marins-pompiers de Marseille lancent un appel à la prudence : ils ne veulent plus voir de promeneurs simplement équipés de tongs, dans le parc national des Calanques !

Des tongs en ville, si vous insistez pourquoi pas.. mais pitié, pas pour partir randonner dans les calanques !
Des tongs en ville, si vous insistez pourquoi pas.. mais pitié, pas pour partir randonner dans les calanques ! © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

C'est clairement une forme de ras-le-bol. Les marins-pompiers de Marseille en ont assez de voir chaque été des randonneurs en... tongs dans le parc national des Calanques !  Au bord de l'eau, pas de souci évidemment. En revanche, il est absolument nécessaire d'être équipé de bonnes chaussures de marche pour se rendre dans ces calanques. 

Des touristes, mais aussi des Marseillais mal équipés

Le Bataillon des marins-pompiers de Marseille est mobilisé pour 120.000 interventions chaque année, dont environ 150 dans le parc national des Calanques.

"La plupart de nos interventions sont dues à de l'imprudence. Les gens qui descendent en tongs faire trois heures de marche, les gens qui partent sans eau pour leurs enfants, sans chapeau, sans crême, c'est de l'inconscience. Ce sont de mauvais parents." Vice-amiral Charles-Henri Garié, commandant du bataillon de marins-pompiers de Marseille

Ces promeneurs inconscients prennent des risques. Pour eux, mais aussi pour les autres. Car ils provoquent des interventions qui devraient être évitées, qui mobilisent des hommes, coûtent cher..  

"Sur 130 interventions, beaucoup sont liées à l'imprudence ou au manque de préparation des gens. A minima, il faut prendre 1,5 litre d'eau par personne et se chausser correctement. Les gens sont dans l'euphorie du soleil et de la plage, et ils oublient l'essentiel.' Maître principal Jean Loup, responsable du GRIMP, groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux