Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On ne va pas se laisser piller" : dans l'Orne, 14 ruches volées au conservatoire de l'abeille noire

Le conservatoire de l'abeille noire du Perche, espèce endémique de l'Orne, s'est fait voler 14 ruchers début avril. Et ce n'est pas la première fois. L'association a porté plainte et déplore une augmentation des vols.

Raymond Daman, devant l'endroit où les ruches ont été dérobées début avril, à Colonard-Corubert.
Raymond Daman, devant l'endroit où les ruches ont été dérobées début avril, à Colonard-Corubert. © Radio France - Marc Bertrand

On ne voit plus que les parpaings sur lesquels étaient posés les ruchers, au fond d'un champ auquel on accède par une petite route, à l'abri des regards, à Colonard-Corubert près de Bellême dans le Perche (Orne). 14 ruches ont été volées début avril, a priori en une seule nuit, "ah, moralement, on a en pris un sacré coup sur la calebasse !", maugrée Valérie, une des apicultrices bénévoles du Conservatoire de l'abeille noire de l'Orne

200 euros par ruche

L'association et sa vingtaine de bénévoles entretient cette espèce d'abeille endémique, avec environ 200 ruchers dans le département. En perdre 14, c'est d'abord un coût financier, environ 200 euros par rucher, et beaucoup plus en comptant l'essaim d'abeilles à l'intérieur. L'association a porté plainte à la gendarmerie.

Il faut s'y connaître, une ruche ça pèse presque 60 kg quand elle est pleine, et il faut venir de nuit quand les abeilles dorment, c'est l'affaire de professionnels - Gilbert, bénévole

Mais qui vole les ruches ? "Des apiculteurs", assure Gilbert, un autre bénévole. Ils en sont tous persuadés : "Il faut s'y connaître, une ruche ça pèse presque 60 kg quand elle est pleine, et il faut venir de nuit quand les abeilles dorment, c'est l'affaire de professionnels. Comme de plus en plus de maladies affectent les abeilles, avec la pollution, les pesticides, les essaims meurent beaucoup plus qu'avant, les professionnels ont davantage de pertes donc certains essaient d'aller piquer les ruches du voisin"

Moi mes ruches, je les planque - Valérie, bénévole

"Quand on voit que dans la Sarthe, une apicultrice s'en est fait piquer 35, c'est terrible. Moi je trouve ça incroyable. Ça nous atteint beaucoup", assure Valérie. Elle a 30 ruches, près de Sablons-sur-Huisne, "je les planque. Elles sont dans des endroits où on ne les voit pas. Je ne viens jamais en tenue sur place, et j'ai des grillages de partout. C'est malheureux d'en arriver là".

L'association n'a pas beaucoup d'argent. Mais comme son président, Raymond Daman, le dit, "on ne va pas se laisser piller sans réagir". Elle va investir dans des caméras de surveillance, ou des balises qui géolocalisent les ruches. Une pratique déjà répandue chez les apiculteurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess