Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"On ne voyait plus nos enfants" : quand le mouvement des gilets jaunes impacte la vie privée

lundi 25 février 2019 à 5:31 Par Soisic Pellet, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Journées à rallonge, santé dégradée, vie conjugale et familiale mise entre parenthèses : la vie de certains gilets jaunes quimpérois a été très impactée par le mouvement. Au bout de trois mois, certains ont donc décidé de lever le pied, pour se préserver. Témoignages.

Le mouvement des gilets jaunes dure depuis plus de trois mois.
Le mouvement des gilets jaunes dure depuis plus de trois mois. © Radio France - Nolwenn Quioc

Quimper, France

Depuis le 17 novembre, ils étaient de toutes les manifestations, de toutes les assemblées générales à Quimper. Donovan, Emmanuel et Laetitia sont toujours des "gilets jaunes". Mais depuis quelques temps, ils ont décidé de prendre du recul par rapport au mouvement, de moins s'impliquer, pour sauver leur vie privée. 

Des disputes à la maison et des parents absents 

"C'était très tendu" raconte Donovan, jeune papa. Lui a organisé depuis le départ les manifestations quimpéroises. Et c'est presque devenu un travail à temps plein. "Le matin, je me levais à 8h et puis je rentrais à 23h, minuit. Sauf que quand on a un bébé, il faut s'en occuper. Et s'il n'y en a qu'un qui s'en occupe, ça devient compliqué". Le jeune homme a donc décidé de se mettre un peu en retrait, même s'il se dit toujours gilet jaune. 

Emmanuel : "18 ans qu'on est ensemble et on a failli se séparer à cause de ça, des gilets jaunes."

Même chose chez Emmanuel et Laetitia. Tous les deux se sont impliqués dès le début dans le mouvement. Mais la vie quotidienne en a pris un coup, pour eux et leurs cinq enfants. "C'est tous les jours des messages, des réunions. Le soir, on rentre, on est crevés, on fait à manger et on va se coucher" confie Emmanuel. Les enfants, on ne les voit pas. Et dans le couple, "c'est aussi hyper compliqué" ajoute Laetitia. 

"C'est surtout mon médecin qui a dit stop"

Mais chez eux, c'est surtout physiquement que ça a été le plus dur. Emmanuel est en béquilles. D'habitude, il est en fauteuil roulant, "sauf qu'en manif, c'est impossible. Résultat : mon dos s'est dégradé beaucoup plus vite que d'habitude". Il est donc obligé de prendre un peu de repos. Surtout que sa femme Laetitia a elle aussi eu des soucis de santé il y a deux semaines. "J'ai levé le pied, j'avais pas le choix. Mais je ne peux pas arrêter. C'est pour l'avenir de mes enfants, c'est trop important".