Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Négociations sur l'assurance-chômage : les syndicats de la région veulent un bonus-malus pour limiter les CDD

dimanche 17 février 2019 à 21:03 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Les négociations entre les partenaires sociaux sur la réforme de l’assurance-chômage sont dans l'impasse. Les syndicats exigent la création d'un système de bonus-malus pour faire payer les entreprises qui ont recours à beaucoup de contrats courts. Le patronat refuse.

La 10e et dernière journée de négociation sur l'assurance chômage doit avoir lieu mercredi.
La 10e et dernière journée de négociation sur l'assurance chômage doit avoir lieu mercredi. © Maxppp - Christophe Morin/MAXPPP

Les négociations autour de la réforme l'assurance-chômage sont dans l'impasse. Depuis le mois de novembre, les partenaires sociaux discutent pour trouver un accord.  Et ça coince au niveau du système de bonus-malus. Il est refusé par le patronat et les syndicats en ont fait la condition sine qua none afin de reprendre les discussions. 

Le principe de ce système est simple :  faire payer plus de cotisations sociales aux entreprises qui ont trop souvent recours aux contrats courts. L'objectif est de limiter les CDD. Il est inspiré des travaux du prix Nobel d'économie toulousain Jean Tirole.  

"Ils ne veulent pas augmenter le coût du travail"

Ce mercredi 20 février doit avoir lieu la 10e et dernière journée de négociations entre les partenaires sociaux. Mais les syndicats menacent de ne pas s'y rendre si le patronat ne rédige pas un rapport écrit contenant ce dispositif d'ici mardi.  Pour Séverine Garandeau-Martin, secrétaire régionale emploi, formation, sécurisation des parcours à la CFDT en Occitanie, le patronat refuse car "il ne veut pas par une mesure quelle qu'elle soit augmenter le coût du travail.

L'instauration d'un bonus-malus favoriserait selon elle d'autres systèmes qui existent déjà comme le groupement d'employeurs. "Vous avez des salariés qui sont en CDI au sein d'une structure et ils sont à la disposition de plusieurs entreprises suivant les besoins. Ça sécurise le salarié mais il a des multi-employeurs."

Eviter de pénaliser les petites entreprises

Du côté de la CGT, on veut aller plus loin et éviter un système qui pourrait pénaliser les petites entreprises explique Anne Millan Dondelli, une des secrétaires départementales de la CGT dans le Tarn, "les petits employeurs, ils pensent qu'ils vont être les plus touchés parce que ce sont souvent eux qui sont amenés à utiliser des contrats précaires. Mais en fait, on se rend compte que souvent ils travaillent pour des donneurs d'ordre. C'est pour ça que quand le lien peut être avéré c'est l'entreprise donneuse d'ordre qui doit contribuer à cette surcotisation".

En cas d'échec des négociations, c'est le gouvernement, favorable au système de bonus-malus, qui reprendra la main sur la réforme de l'assurance-chômage.

Pour en débattre, la présidente du Medef en Occitanie, Sophie Garcia, sera l'invité de la matinale de France Bleu Occitanie à 7h50 lundi 18 février.