Société

"Neknomination" : quand boire de l'alcool en masse devient une tendance du web

Par Martin Cotta, France Bleu Gironde vendredi 14 février 2014 à 7:00

La Vodka fait partie des premiers alcools déjà testés des adolescents

La "Neknomination" arrive d'Australie. De plus en plus les 14-25 ans se lancent des défis via Facebook. Le but est de boire, cul-sec, de l'alcool en soirée et de se filmer. Enquête sur un phénomène peu connu des adultes.

Boire cul sec plusieurs verres d'alcool, c'est être "branché" pour nos ados, surtout si la performance est diffusée sur des profils Facebook. Récemment, plusieurs vidéos émergent du réseau social ainsi que sur Youtube. Elodie, 16 ans, l'a constaté en allant régulièrement sur son profil Facebook: "Il y a deux semaines, il y avait une ou deux vidéos mais aujourd'hui y'en a partout. Tout le monde le fait " explique t-elle. 

Boire à n'en plus pouvoir n'est que la première partie de ce qu'ils appellent "un jeu". Car après il faut lancer ce même défi à un ami. Dans ce cas-là c'est souvent à celui qui aura le plus gros bras. "Ils dosent de plus en plus [l'alcool dans les verres]... veulent montrer qu'ils sont plus forts que leurs amis. J'en ai vu montrer leurs fesses sur des vidéos " sourit Marine, 17 ans.

C'est le cas de Cédric, 15 ans. Il y a deux semaines, cet adolescent a fait une soirée et a testé la "Neknomination" (boire cul sec et désigner quelqu'un).* "On était cinq gars et cinq filles et il fallait qu'on boive, qu'on boive, qu'on boive, jusqu'à en avoir marre. Et on a eu plein de "j'aime" sur Facebook* ", lance t-il. La "Neknomination" permet de devenir populaire dans la cour de son lycée et parfois même de son collège... En France, un jeune sur sept a déjà bu avec excès pour être "populaire".

Boire pour oublier

Pour le psychiatre Xavier Pommereau, spécialiste de l'adolescent, la logique de la "Neknomination" est celle de boire pour oublier. "Oublier les soucis avec les parents, avec l'école, tout ça en fin de semaine ". Pour ce psychiatre du Pôle aquitain des adolescents, ce genre de jeu alcoolisé est aussi le résultat d'une attitude des adultes envers cette jeunesse. "On ne responsabilise pas assez nos jeunes. On n'arrête pas de leur dire que ce sont des incapables, qu'ils n'y arriveront pas ", analyse Xavier Pommereau.

Dans les prochains jours, les adolescents du Pôle aquitain vont pouvoir organiser, eux-mêmes, un concert de rock, pour avoir des responsabilités, se sentir utile. "Les jeunes feront toutes les démarches " assure Xavier Pommereau.

La consommation d'alcool chez les jeunes - Aucun(e)
La consommation d'alcool chez les jeunes

"...qu'on boive, qu'on boive jusqu'à en avoir marre"