Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nérondes : un médecin espagnol devrait arriver à l'automne

-
Par , France Bleu Berry

La maison de santé pluridisciplinaire de Nérondes, à l'est de Bourges dans le Cher, a été officiellement inaugurée ce mardi. Un investissement global de 1,3 million d'euros pour ce bel outil, mais le pari contre la désertification médicale n'est pas encore gagné pour la commune.

La maison de santé pluridisciplinaire  de Nérondes, qui vient d'être inaugurée
La maison de santé pluridisciplinaire de Nérondes, qui vient d'être inaugurée © Radio France - Michel Benoit

A Nérondes dans le Cher, la maison de santé pluridisciplinaire vient d'être officiellement inaugurée ce mardi. Au sein de cette structure on retrouve pour l'instant 13 professionnels de santé, infirmières, podologue, psychologues, sage-femme, etc. Mais cette maison de santé pluridisciplinaire dispose de seulement un médecin généraliste, le seul de la commune, âgé de 70 ans. Un médecin espagnol devrait arriver à l'automne pour lui prêter main forte mais est âgé 60 ans. L'outil existe donc aujourd'hui, mais ce n'est pas encore gagné pour l'avenir, malgré la hauteur de l'investissement, 1,3 million d'euros.

Les collectivités locales et l'état ont financé ce nouvel équipement
Les collectivités locales et l'état ont financé ce nouvel équipement © Radio France - Michel Benoit

Préparer l'avenir

Lorsque Michel Derimay a ouvert son cabinet en 1979, il y avait quatre médecins à Nérondes, aujourd'hui, il est le seul. Cette maison de santé pluridisciplinaire lui permet de préparer l'avenir et d'aborder son départ en retraite dans de meilleures conditions, sans abandonner sa patientèle. "Je sais que si je restais seul dans ce cabinet médical privé que j'avais auparavant, je n'avais aucune chance de trouver un successeur. C'est donc un médecin espagnol qui a été trouvé. Il a quelques mois pour parfaire son français. Le pari n'est pas complètement gagné puisqu'il faudra prévoir la venue d'un second médecin." 

Thierry Porikian, président de la communauté de communes Pays de Nérondes
Thierry Porikian, président de la communauté de communes Pays de Nérondes © Radio France - Michel Benoit

Une concurrence entre les territoires

Mais la recherche est compliquée. un seul candidat espagnol s'est manifesté et il manque d'autres professionnels pour cette maison de santé puisque les deux kinés prévus ont finalement renoncé, "avoir un rendez-vous chez un kiné, cela devient aussi très difficile. Il faudrait presque avoir le rendez-vous avant la pathologie" ironise Thierry Porikian, président de la communauté de communes Pays de Nérondes.

"Le dentiste, c'est pareil. On est heureux d'avoir trouvé un médecin espagnol, mais on est conscient que ça ne suffit pas. Le pire, c'est que c'est le seul à s'être manifesté. Notre annonce n'a même pas attiré pour de simples renseignements. Il faut redonner une attractivité aux territoires ruraux; On peut rappeler que Nérondes n'est qu'à deux heures de Paris et 1h30 de Lyon, par le train. Ce que je regrette aussi, c'est que nous soyons tous en concurrence, nous les intercommunalités sur ce genre de dossiers. On s'entend très bien, mais quand on est en concurrence avec ses propres voisins, ses propres amis, cela démontre toute l'acuité de la problématique." 

La maison de santé de Nérondes est ouverte depuis le mois de novembre.
La maison de santé de Nérondes est ouverte depuis le mois de novembre. © Radio France - Michel Benoit

Le docteur Derimay est partisan de mesures coercitives pour obliger des médecins ou professionnels de santé à venir dans les zones en tension, "il faut revoir la façon de procéder. Je n'aime pas le mot de contraintes parce que cela fait peur, mais il faudrait travailler sur des incitations pour les jeunes médecins afin qu'ils s'installent durant un temps déterminé, de quelques années dans les déserts médicaux." 

Un point de vue loin d'être partagé par tous, au ministère de la Santé par exemple, on pense qu'il faut avant tout revaloriser la pratique libérale de la médecine, qui n'a plus la côte chez les jeunes médecins diplômés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess