Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Neuf enfants menacés d'expulsion : habitants et élus d'une commune bretonne se mobilisent devant leur école

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Plus de 200 habitants de Laillé au sud de Rennes se mobilisent pour soutenir deux familles menacées d’expulsion. Les enfants sont scolarisés depuis de nombreuses années dans la commune. Parents, enseignants et élus se sont réunis mardi 24 novembre devant l’école et le collège de la commune.

200 personnes réunies devant l'école publique de Laillé pour apporter leur soutien aux familles menacées d'expulsion
200 personnes réunies devant l'école publique de Laillé pour apporter leur soutien aux familles menacées d'expulsion © Radio France - Laetitia Cherbonnel

Ils ont entre 3 et 16 ans. Ils vont à l'école maternelle, au primaire, au collège et au lycée. Rien ne les distingue des autres enfants de leur âge. Rien sauf la menace qui plane sur eux, celle de devoir quitter leurs amis, leur maison, leurs enseignants du jour au lendemain. Ces enfants sont pour certains nés en France. Leurs parents, des Géorgiens et des Tchétchènes sont sous le coup d'une OQTF, une obligation à quitter le territoire français. Ils ont épuisé tous les recours

Dans cette commune de la métropole rennaise de 5000 habitants, la mobilisation se met en place depuis quelques jours pour que ces enfants, intégrés dans les écoles mais aussi dans différents clubs de sport, ne soient pas renvoyés dans des pays qu'ils ne connaissent pas. Une vidéo de soutien et une pétition circulent sur Internet.  

Une mobilisation a eu lieu ce mardi après-midi devant l'école élémentaire de la commune, et une autre devant le collège public de Laillé.

"Laissez-nous nos amis" disent les petits bretons de cette commune proche de Rennes

Les habitants et les élus ont écrit leur soutien sur des ardoises et des pancartes avant d'entonner La Petite Marseillaise
Les habitants et les élus ont écrit leur soutien sur des ardoises et des pancartes avant d'entonner La Petite Marseillaise © Radio France - Laetitia Cherbonnel
Les enseignants du collège public Marie Curie de Laillé se sont mobilisés pour soutenir leur élève menacé d'expulsion
Les enseignants du collège public Marie Curie de Laillé se sont mobilisés pour soutenir leur élève menacé d'expulsion - DR

Deux familles sont concernées par ces expulsions. La première est géorgienne. Anna y était sage-femme, Malkhaz était maçon. Après un changement de gouvernement et une répression politique, la famille fuit la Géorgie en 2016. Le mari, la mère enceinte et leurs trois enfants montent dans la remorque d’un camion. Le voyage dure quatre jours. Le passeur leur prendra tout l’or qu’ils ont pu réunir et gardera leurs passeports. 

Arrivés en France, de demande d’asile politique en demande de régularisation, quatre années se sont écoulées. Les enfants ont aujourd'hui 3, 7, 9, 11 et 16 ans. Le petit dernier est né en France. L’aînée est en 1ère dans un lycée rennais. La sœur d’Anna et sa famille vivent en France depuis 2009. Anna a pris des cours de français pour s'intégrer elle aussi. Son souhait le plus cher : que ses enfants grandissent en sécurité et qu'elle puisse travailler en France pour être utile à ce pays qui les a accueillis. Et c'est avec émotion qu'elle regarde la mobilisation des habitants de la commune fédérés autour du collectif "Un p'tit coin de parapluie".

"Il n’y a pas de place pour moi en Tchétchénie. Je n’ai pas de maison, pas de famille là-bas »

Yakhita apprend le français et sur son classeur, elle a dessiné les symboles d'un pays dont elle a toujours rêvé
Yakhita apprend le français et sur son classeur, elle a dessiné les symboles d'un pays dont elle a toujours rêvé © Radio France - Laetitia Cherbonnel

Yakhita a fui la Tchétchénie il y a huit ans avec son mari et leurs trois enfants. La plus jeune avait deux mois. La sœur et le frère de Yakhita sont français. Ils avaient quitté le pays quelques années plus tôt lors de la première guerre de Tchétchénie. Depuis, ils ont depuis obtenu la nationalité française et vivent en Bretagne. Itinéraire différent pour la jeune mère qui a vécu pendant un an dans le squat de la Poterie, où elle restait souvent enfermée dans une pièce avec ses enfants pour éviter les conflits qui naissaient dans les couloirs. 

Aujourd’hui, les enfants ont 12, 10, 8 et 5 ans. Le petit dernier est né en France. Le plus grand est au collège et a fait toute sa scolarité en Ille-et-Vilaine. Yakhita rêve d'un pays en paix pour ses enfants. Alors quand un terroriste tue un professeur mi-octobre, elle est sous le choc. Effondrée devant ces images insoutenables qui lui rappellent la barbarie qu’elle a connue autrefois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess