Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Près de 300 personnes manifestent à Nice pour défendre le pouvoir d'achat des retraités

-
Par , France Bleu Azur

Les retraités niçois ont manifesté ce mardi. Ils demandent une revalorisation des pensions de retraite et la suppression de la hausse de la CSG.

Le cortège est parti de la place Garibaldi pour rejoindre la gare Thiers
Le cortège est parti de la place Garibaldi pour rejoindre la gare Thiers © Radio France - Maxime Fayolle

Nice, France

Ils étaient près de 300 à se réunir ce mardi après-midi place Garibaldi à Nice. Plusieurs centaines de personnes dont de nombreux retraités pour demander une revalorisation de leurs pensions. Ils dénoncent une baisse de pouvoir d'achat depuis plusieurs années et qui va s'accroître avec la réforme des retraites.

Des privations forcées

Nicole est retraitée de la fonction publique et gagne chaque mois un peu moins de 1.300 euros. Si elle estime ne pas être la plus à plaindre, elle admet qu'elle doit faire attention, calculer un peu plus ses dépenses : "C'est difficile ! On gagne moins que ce que l'on gagnait en travaillant. Certaines dépenses se sont enlevées du budget et on pensait pouvoir en profiter mais on ne peut même pas. Le ciné, les spectacles, les loisirs, c'est fini ! Même les courses coûtent de plus en plus cher. Alors, oui, parfois on va se priver du coiffeur pour manger correctement..."

Certains sont venus pour défendre les générations futures, comme Jean-Louis : "Je suis inquiet pour les jeunes qui n'auront peut-être pas de retraite du tout. On est en train de tout casser et il faut qu'on soit solidaires. On doit trouver des solutions désormais. Ce n'est plus le temps d'être inquiet, il faut agir !"

Les syndicats doivent désormais se retrouver à Paris le 21 novembre pour envisager les suites au mouvement.

Neuf syndicats et associations ont appelé à cette manifestation - Radio France
Neuf syndicats et associations ont appelé à cette manifestation © Radio France - Maxime Fayolle
Choix de la station

France Bleu