Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La surpopulation de chats échappe à tout contrôle à Nîmes

jeudi 27 octobre 2016 à 20:20 Par Fabien Randrianarisoa, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Les associations de protection des animaux lancent un appel au secours : les refuges sont pleins à craquer et les associations n'ont plus d'autre choix que l'euthanasie. Les refuges seront fermés vendredi pour attirer l'attention du grand public sur la question.

- Jennifer.C

Nîmes, France

Sur la grille d'entrée du réfuge, une pancarte défraichie, indique "Au bonheur des quatre pattes". Multipliez ça par 245 et vous aurez le nombre de chats, dont Catherine, la responsable, doit s'occuper.

Catherine Bourdin, responsable du refuge

Rien que mercredi Catherine a recueilli, quatre chatons abandonnés dans une poubelle, et le rythme s'accélère. La campagne pour la stérilisation reste sans effet.

Catherine Bourdin, responsable du refuge

À Nîmes, l'association "Chats libres" stérilise des centaines de chat chaque année, mais l'opération coûte autour de 120 euros. Laure Breye, la présidente, avoue ne plus avoir les moyens de lutter.

Laure, responsable de l'association "Chats libres"

Résultat ? Des centaines de chats errants à Nîmes.

"Hier je me suis retrouvé avec une vague d'une vingtaine de chatons sur les bras, donc j'ai appelé la fourrière. C'est le dernier recours, et honnêtement je l'avais jamais fait." Laure, présidente de l'association "Chats libres"

L'association a beau dépenser 13.000 euros par mois de frais de vétérinaire, ces histoires finissent rarement bien.

Laure, responsable de l'association "Les chats libres"