Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Nice

Attentat de Nice : hommage aux victimes à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère
Nîmes, France

Ce lundi midi, une centaine de Nîmois se sont rassemblés devant l'hôtel de ville. Une minute de silence chargée d'émotion, en mémoire des victimes de l'attentat de Nice.

Minute de silence à Nîmes après l'attentat de Nice
Minute de silence à Nîmes après l'attentat de Nice © Radio France - Marie Bonnisseau

Ils s'étaient donné rendez-vous à midi pile. À l'unisson, avec toute la France. Des élus ceints de leurs écharpes tricolores, des employés municipaux descendus de leurs bureaux, des commerçants du centre-ville, des touristes et de simples citoyens... Au total, plusieurs centaines de Nîmois silencieux pendant cette minute d'hommage aux victimes de Nice. L'attentat, qui a fait au moins 84 morts, est encore bien présent dans les esprits.

"J'ai passé la nuit du 14 juillet devant ma télévision, raconte Marcelle , retraitée, qui s'est levée tôt pour assister à la minute de silence. Mon petit-fils est en stage dans un hôtel de la Promenade des Anglais. Il a vécu l'inimaginable."

"Mon petit-fils est traumatisé" Marcelle, retraitée

Christelle aussi s'est inquiétée pour une amie. "Trop, c'est trop ! explose cette mère de famille. Il faut qu'on se mobilise. Comment ? Je ne sais pas trop... mais je crois que ça commence par le vote. Même si on est  déçu de la politique."

"Trop, c'est trop" Christelle, mère de famille

A la fin de la minute de silence, tous ont entonné la Marseillaise.

"On continuera à se battre, assure l'ancien candidat PS à la mairie de Nîmes, Jean-Paul Boré. Il a interrompu ses vacances en Aveyron pour assister à ce moment. La peur n'évite pas le danger. ll faut qu'on se rassemble, toutes opinions confondues."

"La République est en danger" Jean-Paul Boré, TPNA

Mais l'union nationale ne va pas de soi, se désole le conseiller municipal d'opposition (divers gauche) Alain Fabre-Pujol, qui dénonce l'impact de l'élection présidentielle sur les réactions de certains politiques.

"Certains politiques ont sur-réagi" Alain fabre-Pujol, conseiller municipal

Choix de la station

À venir dansDanssecondess