Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Niort : le président de la MACIF, Alain Montarant, ne se représentera pas à la présidence du groupe

-
Par , France Bleu Poitou

En pleine polémique sur la hausse de sa rémunération, Alain Montarant renonce à la présidence de la MACIF. Selon la CGT, le syndicat majoritaire du groupe, cette décision ne va pas changer la politique de l'entreprise.

Alain Montarant est président de la Macif depuis 2014
Alain Montarant est président de la Macif depuis 2014 © Maxppp - Maxppp

La MACIF va changer de visage. Le président de la mutuelle d'assurance, Alain Montarant a annoncé mercredi 27 février, dans une lettre interne, qu'il ne se représentera pas aux prochaines élections en mai. Une décision qui intervient dans un contexte de mouvements social au sein de l'entreprise, à Niort notamment.

Ce choix laisse sceptique la CGT, le syndicat majoritaire à Niort le siège social. Véronique Metais, secrétaire du syndicat CGT dans le sud ouest a appris la nouvelle alors qu'elle était en train de tracter devant l'entreprise, pour elle cette décision va "l'ordre des choses". 

L'actuel vice président comme successeur ? 

Selon Véronique Metais, l'actuel président aurait déjà choisi son successeur. Il s'agirait de Pascal Michard, l'actuel vice président. "Je pense que c'est surtout pour l'image de la MACIF. Il lâche l'affaire mais il sera toujours derrière les commandes. Ils n'annoncent en aucun cas qu'ils vont changer la donne", s'inquiète-t-elle.  

Pour elle ce changement n'est donc qu'un effet de manche après les révélations du Canard enchaîné. Selon le journal Alain Montarant aurait augmenté sa rémunération de plus de 62,5%. "Nous souhaitons que la direction du groupe écoute les revendications des salariés sur les amplitudes horaires ou encore l'arrêt des pressions et menaces. Les salariés espèrent mais on est pas dupes et on attend de voir", conclut la gestionnaire.  

La validation du nom du nouveau président du groupe arrivera dans les prochaines semaines. En attendant les salariés restent inquiets sur l'avenir de leur entreprise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess