Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tareq Oubrou invité de France Bleu Gironde : "Le Prophète n'est pas un tailleur de vêtements !"

lundi 9 janvier 2017 à 10:43 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

L'imam de Bordeaux, dont la tête est mise à prix par Daesh en raison de ses positions progressistes sur l'islam, était ce lundi matin l'invité de France Bleu Gironde, deux ans après les attentats de janvier 2015 à Paris. Interview.

Tareq Oubrou dans le studio de France Bleu Gironde
Tareq Oubrou dans le studio de France Bleu Gironde © Radio France - Aurélie Bambuck

Bordeaux, France

France Bleu Gironde: Pourquoi refusez-vous la protection policière que le gouvernement vous a proposée?

Tareq Oubrou : "Cette violence aujourd'hui menace tout le monde. Par solidarité, je ne vois pas pourquoi j'aurais, moi ce privilège alors que cette menace encore une fois pèse sur tous nos concitoyens. Et puis la meilleure réponse au terrorisme, c'est de ne pas céder à la peur qu'il veut engendrer. Quelque part je me dis que c'est le risque de ma profession !"

L'esprit du 11 janvier et de la grande communion populaire existe-t-il toujours 2 ans après ?

Notre société française est tout de même assez solide face au terrorisme. Bien sûr la menace est là mais la vie ne s'est pas arrêtée. Je pense qu'aujourd'hui malgré tout, nous sommes rentrés dans une nouvelle phase, notre société a brutalement changé et nous sommes désormais dans un monde globalisé. Ce qui se passe en Chine peut faire irruption ici, tout comme ce qui se passe au Moyen Orient et nous devons réaliser que nous sommes aujourd'hui dans une humanité ou le monde est dans notre quartier. C'est une nouvelle société avec les bonheurs et les risques qu'elle comporte.

Notre société française n'est-elle pas aujourd'hui beaucoup plus crispée ?

C'est vrai mais cela était déjà le cas avant les attentats de Janvier 2015. Depuis les années 80, ce problème vient de la présence massive et soudaine d'une population différente sur le territoire français. Et personne n'a appris à ces populations à vivre ensemble, ni à se comprendre et se connaitre. Il faut pour résoudre ce problème préparer nos enfants depuis l'école. Il faudrait au moins enseigner partout les faits religieux pour donner à nos enfants les moyens de décortiquer tout ce qu'ils trouvent sur internet. Notre école est passée par une grande crise et aujourd'hui elle n'est plus adaptée au nouveau monde, de mon point de vue. Il faudrait un débat profond du rôle de l'école qui est le lieux principal d'intégration de nos enfants. Si on rate cette intégration au moment de l'école, c'est ensuite que nos enfants vont être récupérés et qu'il sera beaucoup plus difficile de démonter ces discours.

Les centres de déradicalisation comme le CAPRI à Bordeaux vont-ils dans le bon sens ?

Je pense que d'une certaine manière, c'est toute la société qui doit se sentir concernée par la déradicalisation de ces jeunes. Il faut traiter le symptôme par le biais de ces centres, qui détectent les signaux faibles. C'est nécessaire mais ce n'est pas du tout suffisant.

Les imams ne sont-ils pas aux avant-postes pour détecter ces signes ?

Oui c'est vrai mais il ne faut pas oublier que ces jeunes se radicalisent essentiellement sur internet et pas dans les mosquées. Les terroristes d'aujourd'hui ont changé. Ils ne sont pas bizarrement les plus pratiquants. C'est une radicalisation qui brûle les étapes de la pratique religieuse. A l'époque d'Al Qaida, il y avait une démarche initiatique religieuse, et la radicalisation passait par le fondamental, le théologique et un endoctrinement je dirais savant. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, on recrute dans les banlieues, la forme est la même mais le processus change sans cesse en fonction des moyens technologiques.

Comment peut-on voir dans le Coran à la fois un texte d'amour et de paix et la justification du terrorisme ?

Tous les textes, Coran compris, ont des ambiguïtés sur lesquelles jouent les terroristes. Le langage humain par essence est ambivalent et le problème vient de l’interprétation qu'on décide d'en faire ou pas. Aujourd'hui, le rapport au texte s'est crispé, donc les interprétations se sont crispées. Dieu est amour dans le Christianisme, et cela n'a pas empêché les Chrétiens de zigouiller les gens au Moyen-Age!

Pourquoi dites-vous qu'il faut rendre la religion musulmane moins visible au sein de la société française ?

Aujourd'hui la visibilité de l'islam, c'est le foulard, c'est le hallal ou la barbe... mais moi ça me désole de voir ma religion réduite à ses aspects qui sont en vérité très secondaires. Le voile par exemple pour les femmes est un détail, c'est un simple vêtement, mais Dieu n'est pas un tailleur. Il nous demande simplement d'appliquer le principe de pudeur, de l'homme et de la femme d'ailleurs. Cette pudeur peut s'exprimer par le regard, la manière de se comporter et de respecter les autres mais mettre un foulard en mettant trop de maquillage ou en ayant une attitude provocante, c'est le contraire de la pudeur.

Dernière question, allons sortir de la spirale du terrorisme, ou faut-il apprendre à vivre avec ?

Je pense qu'aucune difficulté n'est éternelle nous passons par un virage et comme tout moment de changements il y a des dégâts mais je pense que cela ne durera pas longtemps.