Société

Non, le "doggy bag" n'est pas devenu obligatoire

Par Valentine Letesse, France Bleu Maine mardi 5 janvier 2016 à 18:31

Un exemple de "doggy bag".
Un exemple de "doggy bag". © Maxppp - FRANCOIS DESTOC / PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Contrairement à ce que certains médias ont avancé, le "doggy bag", une boîte pour permettre aux client de ramener les restes de leur repas à la maison n'est pas devenu obligatoire le 1er janvier 2016.

Une recommandation, pas une obligation

"La réglementation n'impose aucune obligation sur le doggy bag"_, c'est écrit noir sur blanc en page d'accueil du site web de l'UMIH, (l'Union des Métiers et de l'Industrie de l'Hôtellerie.) En revanche, depuis le 1er janvier 2016 les restaurateurs qui servent environ 180 couverts par jour, sont soumis à une obligation de tri pour diminuer leur déchets. L'UMIH et les chambres professionnelles leur recommandent donc d'utiliser le fameux "doggy bag" pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Il faut dire que la restauration est responsable de 15% des bio-déchets. Alors que les grandes surfaces souvent pointées du doigt en produisent 5 à 10%.

Le Doggy Bag, pas pour tous

Le "doggy bag" peut se présenter sous plusieurs formes : une boîte en plastique ou en carton, un sac plastique ou simplement un papier d'aluminium. Mais le dispositif ne fait pas l'unanimité chez les restaurateurs. Dans la ville du Mans par exemple, Mathieu Beaudet directeur de la brasserie-pizzéria "Le Capitole" le refuse à ses clients. "La clientèle n'est pas sensibilisée à la chaîne du froid. Et un produit à base de crème ou un plat en sauce, ça peut être dangereux de laisser le client repartir avec. S'il se promène et qu'il tombe malade parce qu'il l'a laissé dans son sac toute une journée en plein été." Autre argument du restaurateur : le type de clientèle. Mathieu Beaudet estime qu'en France, les quantités sont adaptées contrairement aux États-Unis "où les assiettes débordent". Certains craignent aussi des abus dans des établissements proposant des buffets à volonté.

Le témoignage de Mathieu Beaudet, directeur de la Brasserie "Le Capitole".

"La restauration c'est un service client, et le doggy bag c'est une forme de service." - Rémi Dumortier, directeur du restaurant "la Taverne des Arts" au Mans.

Dans une rue adjacente, le "doggy bag" est au contraire très bien vu à la "Taverne des Arts". Rémi Dumortier, le directeur le propose même spontanément à ses clients depuis plus de deux ans. "La petite grand-mère qui vient le dimanche manger une choucroute de la mer et qui en mange la moitié, nous ça nous fait mal au cœur de gaspiller. On préfère la voir emmener ça chez elle et se régaler le soir. Plutôt que de remplir un sac poubelle de plus"

Le reportage de Valentine Letesse.

*En revanche les restaurateurs sont tous d'accord sur un point : __*quelques assiettes ramenées à la maison ne sont pas une solution à 1,5 million de déchets produit chaque année dans la restauration. Pour Jean Paul Hénin, président de la chambre professionnel des indépendants de l'hôtellerie de la Sarthe , "on se noie dans un verre d'eau". Mais si un client demande un "doggy bag", il doit l'avoir. Et c'est une question de service-client.

Partager sur :