Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Normandie réunifiée : les internautes se déchirent sur le choix de la capitale régionale

lundi 26 janvier 2015 à 16:03 - Mis à jour le lundi 26 janvier 2015 à 18:00 Par Bénédicte Courret, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Caen ou Rouen ? Le choix de la future capitale normande fait débat parmi les internautes normands. Un groupe Facebook a été lancée la semaine dernière par les défenseurs de Caen. Il rassemble ce lundi près de 1.600 internautes.

Le groupe Facebook "Caen... C comme capitale" (capture d'écran).
Le groupe Facebook "Caen... C comme capitale" (capture d'écran). © Radio France

Quelle capitale pour la Normandie réunifiée ? Des internautes caennais viennent de lancer sur Facebook ungroupe de défense de Caen . En quelques jours, il a rassemblé près de 1.600 personnes (1.588 ce lundi à 18h). Pour son créateur, Yannick Allibert, ce groupe est avant tout un pied de nez au slogan de la ville de Rouen pour cette nouvelle année. 

Et pour cause, Rouen a ouvert les hostilités en ce début d'année 2015 avec une carte de vœux sans équivoque. "Rouen un "R" de capitale " annonce la carte diffusée par la ville de Rouen.Le maire PS de Rouen, Yvon Robert, n'y va pas par quatre chemins lors de la cérémonie des vœux le 15 janvier dernier en affirmant "il n'y a pas de débat, pas de match, la capitale c'est Rouen, c'est évident" . Idem sur le site internet de la ville où l'on peut lire sur toutes les pages "Rouen, capitale normande ".

"Rouen : un R de capitale" : la carte de vœux de la ville de Rouen qui déclenche la colère des internautes Caennais.  - Radio France
"Rouen : un R de capitale" : la carte de vœux de la ville de Rouen qui déclenche la colère des internautes Caennais. © Radio France

De quoi faire réagir le maire UMP de Caen, Joël Bruneau, qui s'est fendu d'un petit tweet adressé à son collègue rouennais sur Twitter. 

Caen, Rouen et au-delà

Le débat intéresse au-delà des limites des deux agglomérations, à travers toute la Normandie. Yannick Allibert évoque un membre du groupe qui habite Cherbourg et qui a deux enfants malades. Ses enfants viennent à Caen pour se soigner à l'heure actuelle. "La crainte de cette personne-là est fondée, elle se demande si elle va devoir aller jusqu'à Rouen pour faire soigner ses enfants ." On trouve aussi des commentaires beaucoup moins dramatiques et qui relèvent plus de la querelle de clocher sur le site. Par exemple, ce Havrais qui écrit : "Vous avez raison de vous battre contre le royaume rouennais (...) l e Rouennais se prend pour le maître du monde " ajoute-t-il, un brin provocateur.

Ni haut, ni bas ?

La réunification de la Normandie est présentée comme l'une des applications de la réforme territoriale qui fait le moins de vague en France. Les présidents des régions Haute et Basse-Normandie ont lancé, côte à côte, il y a quelques mois, une campagne d'information sur le sujet. Leur slogan "ni haut, ni bas, normand " pouvait laisser croire à des relations pacifiées entre les deux territoires.

Des candidats hauts-normands aux régionales

Aujourd'hui, le président actuel de la région Basse-Normandie, Laurent Beauvais, a annoncé qu'il ne se représenterait pas. La tête de liste des socialistes devrait être le Haut-Normand Nicolas Mayer-Rossignol (les militants se prononceront le 5 février). À droite, c'est aussi un Haut-Normand, le centriste Hervé Morin , qui pourrait prendre la tête des opérations en vue des élections prévues fin 2015. Et ces échanges de mots doux sur internet semblent surtout révéler une inquiétude sur le fonctionnement de la future grande région. Yannick Allibert invite les élus locaux à rejoindre son groupe Facebook et à répondre aux différentes questions des internautes. 

Yannick Allibert, fondateur du groupe Facebook 'Caen... C comme capitale"