Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes : en mars 2017, Emmanuel Macron "ne promettait pas" à cette députée LREM de lancer le projet

mardi 30 janvier 2018 à 12:35 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait affirmé publiquement vouloir faire respecter le résultat de la consultation de 2016 sur l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Mais Sophie Errante, députée de la majorité, explique que déjà, le candidat Macron envisageait un abandon du projet.

Sophie Errante, en janvier 2017
Sophie Errante, en janvier 2017 © Maxppp -

Nantes, France

Depuis l'annonce par le Premier ministre de la décision de ne pas construire d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, les défenseurs du projet ne se privent pas de rappeler les propos tenus par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle de 2017. Sur France 2, le 6 avril 2017, il avait par exemple affirmé face au sénateur vendéen Bruno Retailleau : "j'en prends l'engagement, c'est de faire respecter ce vote, de le faire avec ma méthode", en référence au vote pour l'aéroport des habitants de Loire-Atlantique, lors de la consultation organisée le 26 juin 2016. Dans cette même émission, le candidat d'En Marche avait détaillé cette méthode : "je nommerai un médiateur qui pendant six mois permette de faire baisser la tension, de montrer les alternatives, mais au bout de six mois, moi je trancherai". Il y avait donc "l'engagement de faire respecter le vote" mais "en même temps" se dessinait déjà une possible "alternative" au projet Notre-Dame-des-Landes.

Aujourd'hui, Sophie Errante explique à France Bleu Loire Océan avoir longuement discuté, à la même époque, précisément au mois de mars 2017, avec Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle. Alors députée socialiste, elle s'apprête à le rallier et à obtenir l'investiture d'En Marche pour les élections législatives de juin en Loire-Atlantique. La discussion tourne, évidemment, autour de Notre-Dame-des-Landes : "je ne te promets pas que la décision que je prendrai ira dans ton sens", explique alors le candidat Macron à une Sophie Errante qui défend depuis des années ce projet d'aéroport. Cette dernière lui assure que, malgré tout, "ce ne sera pas un cause de rupture à partir du moment où cet abandon serait motivé"

On a pris aucun engagement l'un envers l'autre en disant "je vais le faire", explique Sophie Errante

Interrogée ce mardi sur France Bleu Loire Océan, la députée de Loire-Atlantique, qui depuis a intégré le bureau exécutif de LREM aux côtés de Christophe Castaner, ajoute qu'Emmanuel Macron savait _"que c'était un sujet éminemment compliqué, très difficile à arbitrer_". Elle précise qu'à cette époque, "on a pris aucun engagement l'un envers l'autre en disant "je vais le faire ou je ne vais pas le faire" et avait assuré au futur Président de la République qu'elle serait "solidaire de la décision quelle qu'elle soit." La députée ajoute que son souhait était "d'arbitre enfin et de prendre une décision" dans ce dossier très épineux.

Sophie Errante détaille le contenu de sa conversation avec Emmanuel Macron, à propos de Notre-Dame-des-Landes, en mars 2017