Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Notre-Dame de Paris : comment sécuriser les chantiers ?

mardi 16 avril 2019 à 22:14 Par Damien Mestre, France Bleu Bourgogne

L'incendie de Notre-Dame de Paris pose la question de la sécurité sur les chantiers de rénovation. Si une réglementation stricte existe, la réalité du terrain est parfois plus nuancée.

Le chantier de la flèche de Notre-Dame de Paris, le jeudi 11 avril 2019. Les structures d'échafaudages autour de la Flèche de la cathédrale.
Le chantier de la flèche de Notre-Dame de Paris, le jeudi 11 avril 2019. Les structures d'échafaudages autour de la Flèche de la cathédrale. © Radio France - Rémi Brancato

Côte-d'Or, France

Les chantiers de rénovation présentent-ils un risque pour les monuments historiques ? La question se pose une nouvelle fois depuis l'incendie de Notre-Dame de Paris. L'une des principales hypothèses actuellement étudiée par les enquêteurs est celle d'un départ de feu involontaire, dû aux travaux en cours sur la toiture. 

Ces grands chantiers de rénovation ont d'ailleurs souvent inquiété, ici aussi en Côte-d'Or. François Rebsamen, le maire de Dijon, expliquait ce mardi sur notre antenne : "J'ai eu beaucoup d'angoisse pendant les différentes rénovations du Palais des Ducs... Cela fait 20 ans que l'on prend toutes les dispositions possibles, mais l'on ne pourra jamais garantir à 100% qu'aucun drame ne se produise".

Quelle sécurité ?

Du côté du Musée des beaux arts, dont les dernières parties sont toujours en travaux, l'on se veut plutôt rassurant. Gérard Gombert, l'ingénieur en charge du chantier, assure : "Si l'on suit la réglementation et que l'on choisit les bonnes personnes et les bonnes entreprises, il n'y a pas de risque".

Concernant les risques d'incendie, il ajoute : "Dès qu'une entreprise est amenée à faire un "point chaud" [une manœuvre susceptible d'engendrer une source d'étincelle, ndlr], avec une disqueuse ou un chalumeau, elle doit systématiquement le déclarer, et respecter des consignes de sécurité très précises".

De la théorie à la pratique...

Mais est-il toujours facile de respecter scrupuleusement les consignes ? Certains professionnels du secteur en doutent. Martial Ducherpozat dirige une prestigieuse entreprise spécialisée dans la rénovation du patrimoine à Fixin. Face à la réalité du terrain, il est forcé de nuancer : "Nous sommes obligé de nous battre tous les jours sur les chantiers pour prévenir les accidents... Il n'est pas rare qu'un ouvrier jette malencontreusement un mégot de cigarette, ou qu'un couvreur pose son chalumeau sur un élément de charpente et oublie de l'éteindre".

D'autant plus que le risque zéro n'existe pas. "Il y a toujours des rallonges électriques qui courent un peu partout... pour peu qu'elles soient abîmées, elles peuvent engendrer un départ de feu", explique-t-il. 

Et même si jusqu'ici, ce professionnel assure que son entreprise n'a jamais connu de grave accident, cette réalité pose selon lui la question de la formation des ouvriers du bâtiment. Notamment à l'heure où ce secteur, "manque cruellement de main d'oeuvre"