Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes : "il faudra bien plusieurs semaines de travaux avant de rouvrir la D 281 à la circulation"

lundi 29 janvier 2018 à 18:27 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan

Des agents du conseil départemental de Loire-Atlantique ont pu effectuer, ce lundi, un diagnostic sur l'état de la D 281, l'ex "route des chicanes" libérée par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes. Ils confirment qu'il faudra "plusieurs semaines de travaux", avant une réouverture à la circulation.

La route D 281, entre Notre-Dame-des-Landes et Vigneux-de-Bretagne, le 23 janvier 2018
La route D 281, entre Notre-Dame-des-Landes et Vigneux-de-Bretagne, le 23 janvier 2018 © Maxppp -

Notre-Dame-des-Landes, France

Vendredi dernier, la préfète de Loire-Atlantique, sous bonne escorte des forces de l'ordre et accompagnée du directeur général de la gendarmerie nationale, était venue constater que l'ex "route des chicanes" est désormais "dégagée", après quatre jours de nettoyage effectué par les opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Et ce lundi, les agents des routes du conseil départemental de Loire-Atlantique ont pu, à leur tour, emprunter cette D 281 et effectuer un premier diagnostic sur l'état de la chaussée, dégradée par des années d'"abandon".

Un "climat pesant pour les agents des routes du conseil départemental"

Ces agents (une dizaine) ont été accueillis, ce lundi matin, par "une cinquantaine de zadistes" qui les ont "suivis et surveillés durant toute la journée", explique le service de communication du conseil départemental : "tout s'est bien passé, mais les agents ont travaillé dans un climat pesant et ont dû rendre des comptes en permanence à ces personnes". Selon le conseil départemental, "la gendarmerie était présente à distance, au cas où", toute la journée.

Plusieurs semaines de travaux, avant une autorisation de circuler

Ce premier diagnostic sur l'état de la chaussée, des accotements et de la végétation "devra être suivi dans la semaine d'un diagnostic environnemental sur la faune et la flore" de cette D 281, qui sera effectué par un bureau d'études extérieur. Mais les agents du conseil départemental, à la fin de cette première journée, _"confirment le calendrier envisager : i_l faudra lancer un programme de travaux importants qui durera plusieurs semaines : il y a beaucoup de nids de poules et de graves dégradations". Rappelons que pendant des années, la route, symbole de la lutte contre le projet d'aéroport, a été jonchée de barricades, épaves et autres branchages, et reste interdite à la circulation (depuis 2012) sur arrêté du président du conseil départemental.

Depuis la semaine dernière, cette route départementale, longue de quatre kilomètres, fait l'objet d'un bras de fer entre la préfète et Philippe Grosvalet : ce dernier, président du Département de Loire-Atlantique et défenseur du projet d'aéroport, estimant qu'il faudra "six à huit semaines de travaux" quand Nicole Klein évoquait "une dizaine de jours". Sur le financement des travaux, Philippe Grosvalet refuse de payer la facture qui sera donc à la charge de l'Etat.