Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Notre-Dame : des professionnels du patrimoine sarthois pour une reconstruction à l'identique

-
Par , France Bleu Maine

Comment reconstruire Notre-Dame de Paris après l'incendie qui l'a en partie détruite le 15 avril dernier ? Entre techniques de construction novatrices et respect des méthodes historiques, ceux qui travaillent à conserver le patrimoine historique en Sarthe penchent plutôt pour la deuxième option.

L'entreprise Vitrail France va enlever prochainement les vitraux fragilisés de Notre-Dame de Paris
L'entreprise Vitrail France va enlever prochainement les vitraux fragilisés de Notre-Dame de Paris © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Sarthe, France

Charpente en bois ou béton ? Flèche identique à celle conçue par Viollet-le-Duc à la fin du 19ème siècle, ou à l'inverse avec une esthétique moderne ? Voilà les questions qu'il faudra trancher lors de la reconstruction de Notre-Dame de Paris et qui créent déjà le débat. Pour les professionnels de la conservation et de la rénovation du patrimoine réunis lors de l'événement Mans'Art, au Mans ce week-end, une reconstruction à l'identique est nécessaire. 

Conserver l'histoire

Techniquement, il est possible de reconstruire la charpente de la cathédrale en béton ou en métal. C'est le cas par exemple pour celle de Reims ou pour le Parlement de Bretagne à Rennes "mêlant bois et métal", explique André Leroyer, charpentier sarthois. La question de la faisabilité n'est donc pas en jeu. Le délai de cinq ans fixé par Emmanuel Macron pour la reconstruction peut selon lui être respecté quelque soit le matériau choisi. "Si on a la commande en amont, on peut parfaitement construire et livrer une charpente assez vite", précise André Leroyer. 

Pour autant, il reste attaché à une charpente bois. Déjà, "elle résiste mieux au feu et à la chaleur qu'une charpente en métal", indique-t-il. Surtout, il s'agit de redonner son aspect d'origine à la forêt de Notre-Dame de Paris. "Il y a une noblesse du bois, lance André Leroyer, lui aussi charpentier. C'est une question de respect vis-à-vis du travail fourni par nos prédécesseurs, qui a tenu huit siècles sans que ça bouge ! Par souci d'humilité, on pourrait se dire que _refaire comme ils l'avaient fait serait déjà une belle performance_".

Même chose pour les trois grandes rosaces. "Qu'un vitrail soit rénové car il est trop vieux ou car il est touché par un incendie, la rénovation est la même : à l'identique !", lance Gérard Lainé, qui travaille chez Vitrail France. L'entreprise devait justement enlever ceux de Notre-Dame en septembre prochain pour les rénover : elle va finalement intervenir plus vite que prévu. 

Pour les vitraux, on essaie de garder le maximum de pièces d'origine, et on comble à l'identique lorsque le verre est trop abîmé.

La charpente en bois, plus écologique ?

Quid des contraintes et des enjeux du 21ème siècle à prendre en compte comme l'environnement ? Pour André Leroyer, les techniques de construction moderne ne sont pas nécessairement les plus écologiques. "On n'a pas forcément de recul sur l'impact d'autres matériaux, alors que sur le bois c'est le cas", indique-t-il. 

"Le bois, c'est un matériau écologique, insiste le charpentier. Quand on abat un arbre pour une charpente, on va donc enferme le CO2 dans la structure du bâtiment, et on replante un arbre qui va emmagasiner du dioxyde de carbone de l'atmosphère. Le bilan énergétique à long terme est meilleur"

L'intérêt des techniques modernes réside aussi dans l'accélération du chantier et la capacité à abattre et transporter le bois plus vite. Le président du centre national de la propriété forestière plaide donc également pour une reconstruction à l'identique.