Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Les séries de l'été 2018 sur France Bleu Limousin

Série d'été - Ces bénévoles qui donnent de leur temps... pour aller parler avec des détenus

lundi 6 août 2018 à 6:29 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Ils donnent de leur temps aux autres. Cette semaine gros plan sur les bénévoles dans les associations et autres. Nelly Martinez est visiteuse de prison. Chaque lundi elle se rend au centre de détention d'Uzerche pour y discuter avec des détenus.

Le centre de détention d'Uzerche compte environ 500 détenus.
Le centre de détention d'Uzerche compte environ 500 détenus. © Radio France - Archives

Uzerche, France

Cela fait un an qu'elle a été agréée. Elle est entrée au centre de détention d'Uzerche pour la première fois le 7 juin 2017 exactement. "Ça ne s'oublie pas". Quand on lui demande pourquoi elle est visiteuse de prison, elle répond tout d'abord "je ne sais pas". Puis dit tout simplement qu'elle voulait "sortir de ma zone de confort, quelque chose qui me fasse réfléchir". Une démarche pas banale cependant mais que Nelly Martinez trouve extrêmement enrichissante. "C'est un rendez vous très important pour eux mais aussi pour nous. Forcément si on fait ça c'est que ça nous apporte quelque chose."

Des détenus volontaires

La rencontre se passe dans une petite salle que le cente de détention met à disposition de Nelly Martinez. Un surveillant reste à proximité même si elle ne s'est jamais sentie vraiment mal à l'aise avec un détenu. Tous viennent il faut dire par choix. "Ce sont surtout des gens qui n'ont pas de parloir, ou qui en ont mais qui ne veulent pas que leur famille vienne parce qu'ils sont mal à l'aise avec ce qu'ils ont fait. Et il y a aussi des étrangers qui n'ont pas de famille à proximité". Chaque détenu reste entre une demi- heure ou trois quarts d'heure. Nelly Martinez en voit 4 par matinée, parfois 5. "On parle de tout et de rien" précise-t-elle. De la prison certes mais aussi de musique, d'histoire, de gastronomie. "Et beaucoup de leur famille qui leur manque"

Une maman, une sœur

Beaucoup de détenus viennent la voir régulièrement. Peu à peu la confiance s'installe avec la visiteuse qui peut alors engager des discussions sur l'avenir, sur l'après prison. "On est quand même là pour ça. Essayer de leur faire reprendre pied dans la vie en société". Souvent confie aussi Nelly Martinez des liens se créent. "Un détenu m'a dit, il me tutoie, c'est comme si tu étais de ma famille. On fait donc office de confidente, de maman ou de sœur". C'est là qu'il faut savoir garder ses distances. "Il y a une limite à ne pas dépasser, mais une proximité à conserver pour avoir la confiance".

Pour devenir visiteur de prison il faut obtenir un agrément auprès du Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation  On peut se renseigner auprès de l'Association Nationale des Visiteurs de Prison.