Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On nous abandonne" : en Creuse, l'arrivée de la 5G prive d'internet des habitants de zones blanches

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu

Pour préparer l'arrivée de la 5G, les abonnés creusois du réseau haut débit Wimax doivent libérer leur fréquence. Ils vont migrer vers une nouvelle fréquence, plus performante mais moins étendue. Conséquence : une quarantaine de foyers se retrouvent totalement coupés d'internet dans le Limousin.

Jean-Louis Pichot et son épouse ne pourront bientôt plus utiliser internet à la maison.
Jean-Louis Pichot et son épouse ne pourront bientôt plus utiliser internet à la maison. © Radio France - Bastien Munch

Pour Jean-Louis Pichot et son épouse, c'est devenu un casse-tête. Le couple de retraités, qui habite à Ceydoux, une commune de Saint-Hilaire-la-Plaine en zone blanche, va devoir changer son réseau Wimax de fréquence, comme 800 autres abonnés creusois pour faire de la place à la 5G. Cette nouvelle fréquence est certes plus performante, mais elle couvre également un territoire moins étendu, dans un rayon de 15 kilomètres. Dans le Limousin, une quarantaine de foyers vont donc se retrouver sans aucun réseau internet d'ici quelques semaines. 

Chez les Pichot, c'est d'abord un technicien qui est venu prendre des mesures. "D'après lui, pour deux kilomètres, on ne peut pas être reliés au réseau", explique Mme Pichot. "On est à 17 kilomètres du pylône de Roches, et maintenant il ne faut pas que ça dépasse 15 kilomètres. Il n'y a rien d'autre de plus près donc il a dit qu'il ne voyait pas d'autre solution." Cette visite a rendu Jean-Louis Pichot méfiant. "On a l'impression qu'on nous abandonne", renchérit-il. "On ne nous informe pas. Pour moi c'est flou, on ne connait même pas les termes, on ne sait pas de quoi on parle..."

Ça va devenir compliqué de vivre en Creuse, à la campagne.

"Nous, à partir du 1er novembre, on n'a plus rien", explique quant à elle Marie, l'une des voisines, également concernée par cette coupure d'internet. Et pourtant, elle ne se voit pas passer sa vie sans réseau. "On nous demande de plus en plus de faire des démarches via internet, nos enfants ont leurs notes via internet", énumère-t-elle. "Ça va devenir compliqué de vivre en Creuse, à la campagne. Normalement, on est censés pouvoir vivre où on le souhaite. Et là, ce n'est plus le cas, surtout avec deux enfants." Le maire de Saint-Hilaire-la-Plaine, Joël Lainé, considère lui que ces habitants sont "mal traités de ce point de vue-là"

Plusieurs solutions alternatives

Pour donner une aide provisoire à ces habitants, l'Etat et le syndicat mixte Dorsal doivent prévoir des solutions dites alternatives. "Il s'agit par exemple de fournir une box de 4G mobile à certains foyers, voire de leur installer une antenne satellite", développe Yann Pamboutzoglou, directeur du syndicat mixte chargé de développer le numérique dans le Limousin. "L'Etat et le syndicat prennent en charge une partie des travaux, puisque les habitants ont dû changer de fréquence sous la contrainte. En revanche, ils auront sûrement une centaine d'euros à payer s'ils installent une antenne à 400 euros par exemple." Au total, six millions d'euros doivent être investis dans le Limousin pour migrer le réseau Wimax.

Le maire de la commune, lui, se veut aussi rassurant. "La solution, c'est ce qu'on fait avec la communauté des communes Creuse Sud Ouest, où l'on participe à installer la fibre dans tous les territoires", explique Joël Lainé. "Mais comme on n'était pas en priorité, on n'est pas passés en premier. Normalement, cela devrait se faire en 2022", conclut le maire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess