Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Grenelle des violences conjugales

"Nous ne voulons plus avoir peur", une marche blanche contre les féminicides à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Ce samedi 7 septembre avait lieu à Perpignan une marche blanche en l'honneur de Christelle, mère de famille tuée par son compagnon en juillet dernier. Alors que le Grenelle des violences conjugales a démarré cette semaine, les associations attendent des actions concrètes du gouvernement.

La marche blanche a été organisée par la famille de Christelle et des associations de lutte contre les violences faites aux femmes.
La marche blanche a été organisée par la famille de Christelle et des associations de lutte contre les violences faites aux femmes. © Maxppp - Nicolas Parent

Perpignan, France

200 personnes étaient rassemblées, ce samedi à Perpignan pour une marche blanche à la mémoire de Christelle, tuée par son compagnon dans la nuit du 5 au 6 juillet dernier. Un rassemblement organisé par les associations Femmes solidaires 66, le collectif et la Maman de la victime.

"Nous ne voulons plus avoir peur"

Devant le palais de justice de Perpignan, Michelle, la mère de Christelle, a pris le micro pour un discours. Sa main tremble sous l'émotion, mais la voix, elle, est ferme : "Nous ne voulons plus avoir peur. Il faut plus de moyens, il faut être plus ferme. Les services de police et de gendarmerie ne se déplacent pas toujours quand on leur signale une violence conjugale" regrette la mère. 

Dans la marche, même discours. Les associations ne sont pas pleinement convaincues par les annonces faites cette semaine par le gouvernement. "Assez des discours. Les faits sont là : 102 féminicides depuis le début de l'année" tonne Katia Mingo, membre du collectif droit des femmes 66. "Les solutions sont connues. Il faut des moyens. Il faut faire confiance à ceux qui sont sur le terrain avec les victimes, améliorer les circuits de dépôt de plaintes, créer des structures particulières" détaille la militante, avant de conclure, évoquant le Grenelle : "Les premiers pas, ils sont fait souvent. Maintenant il faudrait apprendre à marcher.

Le Grenelle des violences conjugales se poursuit jusqu'au 25 novembre, date de la journée mondiale pour l'élimination de la violence faite aux femmes.

Choix de la station

France Bleu