Société

« Nous pouvons lutter contre l’anorexie » : Latifa Gilliotte, psychanalyste belfortaine

Par Sébastien Germain, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 7 avril 2015 à 6:00

Anorexie adolescente illustration
Anorexie adolescente illustration © Maxppp

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi une proposition de loi pour punir « l’incitation à la maigreur excessive ». Le texte vise notamment les sites internet pro-anorexie

L’anorexie touche toutes les catégories d’âge. Cette maladie concerne entre 30.000 et 40.000 personnes en France. Pour lutter contre l’anorexie, l’Assemblée nationale souhaite durcir la loi contre les sites internet qui donnent des conseils aux jeunes filles pour maigrir.

« On m’a conseillé de me faire vomir ou de prendre des laxatifs  »

Pour mieux comprendre ces jeunes adolescentes, une psychanalyste belfortaine, Latifa Gilliotte s'est créé plusieurs comptes internet. Elle se décrit comme une jeune fille un peu ronde qui souhaite maigrir.

Tous les matins elle passe une heure sur les réseaux sociaux : « ça me permet de discuter avec beaucoup d'adolescentes, les jeunes se donnent des méthodes entre elles, par exemple «  on m’a conseillé de me faire vomir » ou "de prendre des laxatifs».

Latifa Gilliotte

Le problème ce n'est pas que les réseaux sociaux, c'est aussi les sites internet pro anorexie .

« Faut manger une pomme par jour et se regarder dans le miroir, je n’ai pas adhéré »

Ces sites internet sont appelés des sites « pro-ana ». Ils prônent un amaigrissement très excessif. Les adolescents les consultent. C'est ce que nous confirme Auriane, 17 ans, elle étudie au lycée Sainte-Marie à Belfort. Elle a déjà consulté ces sites avec quelques copines : « On m’a proposé de ne manger qu’une pomme par jour et de me regarder souvent dans le miroir. Ça ne m’a pas plu mais certaines lycéennes que je connais pourraient se laisser tenter. »

Auriane

A l’avenir ces sites pourraient être punis d'un an d'emprisonnement et de 10.000 euros d'amende.