Société

"Nous sommes prêts à accueillir" : l’appel de maires au sud de Toulouse face au drame des migrants

Par Stéphanie Mora, France Bleu Toulouse jeudi 3 septembre 2015 à 20:41

Le député socialiste haut-garonnais Christophe Borgel. (archives)
Le député socialiste haut-garonnais Christophe Borgel. (archives) © Maxppp

Les maires de la 9e circonscription de la Haute-Garonne signent un appel pour dire qu’ils sont prêts à accueillir des familles de migrants. Ils font écho à l’appel de Manuel Valls, du PS et à la proposition de quota lancée par François Hollande et Angela Merkel.

La photo du petit Aylan, mort sur une plage turque, a servi de détonateur. Le député PS de la circonscription, Christophe Borgel, ne le cache pas même s’il assure qu’une réflexion était lancée depuis le mois d’août avec certains élus autour de l’accueil des migrants.

"Pas un engagement en l'air"

L’appel intitulé "Nous sommes prêts à accueillir" le précise clairement :

"Depuis plusieurs semaines, nous voyons sous nos yeux, le drame que vivent des milliers d’hommes et de femmes poussés à quitter leur pays par la peur et la misère. L’image de cet enfant échoué sur une plage turque est insoutenable. Il représente aujourd’hui l’humanité toute entière. (…) Nous connaissons la complexité de la question des migrants, mais nous voulons d’abord réagir en êtres humains, en républicains".

FBToulouse - accueil réfugiés solution

Ce texte est signé par une dizaine de maires majoritairement de gauche des communes de Saubens, Labarthe-sur-Lèze, Pins-justaret, Roques-sur-Garonne, Pinsaguel, Eaunes, Villate, Ramonville, Roquettes, Lagardelle-sur-Lèze, Portet-sur-Garonne . Mais Christophe Borgel précise que "tous les élus de la circonscription" le suivent dans cette initiative

"Quand il s'agit d'accueillir quelques familles, on trouve toujours des solutions." — Christophe Borgel, député PS de Haute-Garonne

Pour le moment le député socialiste ne rentre pas dans les détails pratique de cet accueil : combien de familles ? Où ? Pour combien de temps ? Il estime que ces questions devront se régler avec la préfecture. Cet appel se veut un signal politique. Christophe Borgel veut ainsi répondre aux commentaires à droite (Les Républicains ou le FN) qui mettent en garde sur la capacité de la France à accueillir ces migrants, à l’appel d’air que cela pourrait susciter.

"On est dans ces moments où quand on est homme politique, ce que l’on dit, dit exactement le type de société dans lequel on veut vivre (..) avec les maires de ma circonscription nous voulons vivre dans un monde ou la solidarité, la fraternité continuent à être de mise." — Christophe Borgel

FBToulouse - quel monde?

Cet appel n’est pas une initiative isolée. Il s’inscrit dans une communication orchestrée depuis le siège du PS à Solférino, suite aux annonces ce jeudi du président de la République concernant les quotas et à l’appel du Premier ministre pour la mise en place d’un "réseau de villes solidaires".