Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

#NousToutes : près de 300 personnes rassemblées à Dijon

dimanche 25 novembre 2018 à 10:25 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

L'appel national a été relayé samedi après-midi à Dijon, place de la Libération. Près de 300 personnes se sont réunies pour demander plus de moyens pour la lutte contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes.

Près de 300 personnes se sont rassemblées ce samedi après-midi place de la Libération à Dijon contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes.
Près de 300 personnes se sont rassemblées ce samedi après-midi place de la Libération à Dijon contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. © Maxppp - Jean-Christophe Tardivon

Dijon, France

Il est 15 heures place de la Libération, quelques 300 personnes sont rassemblées ce samedi après-midi place de la Libération à Dijon contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Un appel national relayé dans la capitale des Ducs comme dans de nombreuses autres villes en France, près d'un an après le lancement du mouvement #MeToo.

Les manifestants ont ensuite défilé en ville, sous la bannière du collectif "#Noustoutes 21" - Maxppp
Les manifestants ont ensuite défilé en ville, sous la bannière du collectif "#Noustoutes 21" © Maxppp - Jean-Christophe Tardivon

Plus de moyens pour les associations

Les manifestants réclament plus de moyens pour les associations qui luttent au quotidien contre ces violences faites aux femmes. Des associations qui voudraient que la loi change et qui prônent une éducation  dès le plus jeune âge à la non-violence et à l'égalité filles-garçons. Car ces violences sont encore trop tabous, mal traitées et pas suivies. 

En Côte-d'Or, il existe un système spécial pour les femmes battues, elles peuvent créer un dossier sur elle avec dossier médical gardé par les associations et la justice. Il y a 74 dossiers en ce moment, en attente.