Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Nous vivons une accélération exponentielle" s'inquiète un médecin réanimateur breton

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

La situation sanitaire se dégrade en Bretagne et surtout en Ille-et-Vilaine. Le Covid est détecté chez de plus en plus de patients et les services de réanimation se remplissent. Yannick Malledant, co-coordinateur des soins critiques en Bretagne s'inquiète.

Les services de réanimation frôlent la saturation en Bretagne. (Illustration)
Les services de réanimation frôlent la saturation en Bretagne. (Illustration) © Radio France - David Aussillou

Emmanuel Macron va prendre la parole ce mercredi soir à 20h pour faire le point sur la situation sanitaire. L'épidémie de Covid-19 est repartie de plus belle dans le pays avec un nouveau pic dans les services de réanimation. Si la Bretagne reste l'une des régions les plus épargnées par le virus, ces derniers jours, les indicateurs sont à la hausse et dans les hôpitaux, la situation s'aggrave.  

"Depuis 15 jours nous vivons une accélération exponentielle," confie Yannick Malledant, médecin réanimateur au CHU de Rennes et co-coordinateur des soins critiques pour la région Bretagne. L'Ille-et-Vilaine et les Côtes-d'Armor sont proches de la saturation. Au CHU de Rennes, il n'y a jamais eu autant de patients en réanimation.

La solidarité bretonne a bien fonctionné

"Ce mercredi matin nous avons 93 patients Covid en réanimation et 143 autres malades dans ces services. En temps normal, nous avons 162 lits de réanimation dans la région. Les capacités ont été augmentées," ajoute le médecin qui travaille en collaboration avec sept autres réanimateurs et un médecin de l'agence régionale de santé. "On fait attention à ce qu'en permanence, les services aient deux ou trois lits pour accueillir les urgences."

La solidarité régionale est très forte depuis le début de l'épidémie et la Bretagne s'est aussi illustrée en accueillant de nombreux malades du Covid venus d'autres régions de France. "Depuis le début de la nouvelle vague nous avons reçus 37 patients. Nous avons été la région la plus solidaire dans le pays, d'abord avec les patients de la région Paca et désormais avec les patients venus des Hauts-de-France." Deux nouvelles arrivées devraient avoir lieu dans le Morbihan ce mercredi 31 mars. "Il reste une petite marge dans le Morbihan et dans le Finistère."

Un jeune homme de 21 ans en réanimation

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche ce week-end, 41 médecins urgentistes et réanimateurs des hôpitaux de Paris ont lancé une alerte. Selon eux, d'ici quinze jours, ils n'auront d'autre choix que de faire un tri parmi les malades dans leurs services. "Cette tribune est agaçante. Le tri est une fonction naturelle. Nous n'en sommes pas encore là. En province en tout cas nous ne le ressentons pas comme cela. Même sur la première vague nous n'avons pas eu à faire ce tri."

A quelques heures de la prise de parole du président, le docteur Malledant est très inquiet. "Nous voyons des chiffres effrayants sur les jeunes tranches d'âge. On a reçu un jeune de 21 ans en réanimation. On voit des Covid longs qui touchent essentiellement les jeunes." Le médecin appelle donc chacun à être responsable. "Chacun est président de la République de soi-même. Respectons les règles de distanciation, portons le masque, vaccinons-nous. J'ai vraiment peur que l'Ille-et-Vilaine soit de nouveau confinée."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess