Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

#NousToutes : 300 manifestants contre les violences sexistes et sexuelles à Chambéry

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Près de 300 personnes ont défilé samedi 24 novembre dans les rues de Chambéry, contre les violences sexistes et sexuelles à l'appel du collectif #NousToutes.

Environ 300 personnes se sont mobilisées contre les violences faites aux femmes à Chambéry.
Environ 300 personnes se sont mobilisées contre les violences faites aux femmes à Chambéry. © Radio France - Valentine Letesse

"Quand on dit : non, c'est : non !" pouvait on lire sur des pancartes de manifestants. À l'appel du collectif #NousToutes, environ 300 personnes ont marché à Chambéry contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. 

"Dire stop aux violences qui viennent nous gâcher la vie au quotidien" - Diane, étudiante à Chambéry

Le cortège était prévu de longue date, bien avant les gilets jaunes et pour cause, ce samedi, cela fait exactement un an que le #MeToo a été lancé. Le rendez vous était donc fixé à 14 heures place du centenaire à Chambéry, juste devant la statue de la Sasson. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"C'est un élan citoyen" et c'est son "quotidien" qui a poussé Diane, étudiante à Chambéry à devenir l'une des organisatrices de cette marche. Cette jeune femme de 22 ans explique, "_je trouve ça juste insupportable,  de sortir de chez soi, de se demander du coup comment on va s'habiller_, à quelle heure on doit rentrer et surtout ne pas rentrer toute seule."

"Moi j'ai été agressée. [...] On ne peut pas vivre normalement lorsque l'on est menacée de subir ça tous les jours." - Annaëlle, savoyarde de 31 ans.

Que ce soit au travail, dans les transports, à l'école ou dans la rue, "le but c'est de dire stop à ces violences qui nous gâchent la vie au quotidien" ajoute Diane. Le collectif demande à l'État des mesures juridiques et "que la justice face son travail" précise Marie-Pierre, l'une des organisatrices. De condamner les agresseurs. Surtout, des moyens financiers pour les associations qui s'occupent de toutes ses femmes victimes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess