Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nouveau stade à Montpellier, un caprice de multimillionnaire pour un collectif montpelliérain

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un collectif d'associations de gauche dénonce les propos de Laurent Nicollin, le président du MHSC sur France Bleu Hérault à propos du nouveau stade de Montpellier : "Un caprice de multimillionnaire".

Pour Laurent Nicollin, le stade de la Mosson n'est plus adapté. Illustration
Pour Laurent Nicollin, le stade de la Mosson n'est plus adapté. Illustration © Maxppp -

Montpellier, France

Lundi, le président du club de foot de Montpellier, Laurent Nicollin expliquait sur France Bleu Hérault que "si le nouveau stade de Montpellier ne se faisait pas, il rendrait les clés du MHSC". Des propos qui ont fait réagir plusieurs associations de gauche (La Carmagnole, Attac, Nouveau Monde, I-boycott Montpellier, Alternabia Montpellier Hérault, Citoyens pour le climat, Projet 34, La Brasserie des Idées). Elles jugent inacceptables les propos de Laurent Nicollin et parlent de "chantage vis-à-vis des citoyens montpelliérains opposés à ce projet. Au lieu de chercher à faire aboutir un débat public de qualité, suivi d'un choix démocratique sur ce projet coûteux, il met sa démission dans la balance."

Les associations réitèrent leur demande d'un référendum d'initiative local sur ce projet afin "d'avoir un débat démocratique sur l’opportunité d'un nouveau stade à Montpellier. Les habitants doivent pouvoir décider."

"Nous payons, alors décidons"

"Il est inacceptable que les politiques publiques sur la Métropole de Montpellier soient dictées par les caprices d'un multimillionnaire quel qu'il soit et non par l'intérêt général. Nous payons alors décidons."