Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nouvelle-Aquitaine : les agglos et intercommunalités qui gagnent et celles qui perdent des habitants

mardi 15 janvier 2019 à 13:33 Par Oanna Favennec, France Bleu Gironde, France Bleu Périgord, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque, France Bleu Gascogne, France Bleu La Rochelle, France Bleu Limousin et France Bleu Creuse

En Nouvelle-Aquitaine, la population a augmenté de 0,6% par an en moyenne entre 2011 et 2016. Les agglomérations et les intercommunalités du littoral en profitent. Découvrez le détail de cette évolution, publié ce mardi par l'Insee, alors que débute la nouvelle campagne de recensement.

Insee (illustration)
Insee (illustration) © Maxppp - MaxPPP

Nouvelle-Aquitaine, France

C'est Bordeaux qui attire le plus, en Nouvelle-Aquitaine. Selon les chiffres détaillés dévoilés par l'Insee ce mardi, en gagnant 55.800 habitants sur les cinq dernières années, la métropole girondine accueille à elle seule un tiers de la population supplémentaire de la région. Avec un gain de 1% par an de nouveaux arrivants entre 2011 et 2016, Bordeaux présente la plus forte progression de toutes les métropoles françaises.

Les 25 communautés d'agglomération de la région sont elles aussi dynamiques : dans l'ensemble, leur population a progressé de 0,4% par an sur les cinq années en question. Pourquoi ? La réponse est à chercher également du côté de la migration. "Pour deux tiers des communautés d'agglomération, le solde naturel (NDLR : les décès moins les naissances) est nul ou négatif ; seules neuf d'entre elles, souvent parmi les plus peuplées (Limoges Métropole, Grand Angoulême, Niort Agglomération", explique l'Insee. Le Grand Poitiers fait figure d'exception avec un solde naturel largement positif (+0,4%). 

Sur mobile, cliquez ci-dessous pour voir les chiffres détaillés.

Cinq communautés d'agglomération perdent légèrement des habitants : Limoges Métropole, Pau Béarn Pyrénées, Mont-de-Marsan Agglomération, le Grand Villeneuvois et le Grand Cognac. Ce n'était pas le cas sur les cinq années précédentes. C'est l'agglomération de Mont-de-Marsan qui subit le plus fort "retournement", passant d'une hausse annuelle de population de 1,4% entre 2006 et 2011, à une baisse de 0,1% par an entre 2011 et 2016. 

Une population massée autour des grandes agglomération et sur le littoral

Près de la moitié (43%) de la population régionale vit dans une communauté de commune. "Les plus dynamiques se situent autour des grandes agglomérations ou sur le littoral. A l'inverse, celles qui perdent de la population (4 sur 10) sont dans des territoires moins densément peuplés dont plus de la moitié en Dordogne et dans l'ex-Limousin", détaille l'Insee. 

Certaines intercommunalités du littoral présentent toutefois des "déficits naturels importants" : c'est le cas des communautés d'agglomération de Royan Atlantique, du Pays basque ou Bassin d'Arcachon Sud. Elles ne doivent leurs dynamisme qu'aux migrations, et non pas à une augmentation des naissances.

Les EPCI (établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre) qui perdent de la population entre 2011 et 2016 sont minoritaires. C'est dans l'Est de la région que les naissances ne compensent pas les décès : en Corrèze, en Creuse et en Haute-Vienne.

Une croissance accrue le long du littoral et autour des grandes villes. - Aucun(e)
Une croissance accrue le long du littoral et autour des grandes villes. - Insee

Sur mobile, cliquez ci-dessous pour voir les chiffres détaillés.