Société

Nouvelle collectivité basque : le pays charnègue choisit son camp

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn mardi 24 janvier 2017 à 20:00

4 kilomètres entre Espiute la béarnaise, et Etcharry la basque
4 kilomètres entre Espiute la béarnaise, et Etcharry la basque © Radio France - Daniel Corsand

La nouvelle communauté de communes du pays Basque oblige à tracer une frontière administrative entre le Béarn et le pays Basque. Dans le pays Charnègue, entre Sauveterre de Béarn et Mauléon, la frontière n'est pas toujours traçable.

L'intercommunalité du pays Basque a vu le jour officiellement ce début de semaine. Elle regroupe 158 communes du pays Basque. Une forme de reconnaissance administrative, qui a pour conséquence, pour la première fois dans l'histoire des Pyrénées-Atlantiques, de créer une frontière avec le Béarn. Sauf que, dans ce que l'on appelle le pays "charnègue", où les deux cultures cohabitent depuis la nuit des temps, cette frontière n'est que théorique finalement. La réalité entre Sauveterre et Mauléon, des deux côtés de la route est bien plus subtile.

Gestas, Lichos, Moncayole et les autres

En remontant cette route, chaque commune quasiment a sa vérité. Parmi d'autres exemples, il y Gestas. Gestas est pourtant sur la rive gauche du Saison, mais la commune a choisi de rejoindre la communauté de communes du Béarn des Gave qui donc n'est pas dans cette intercommunalité basque. Lichos juste à côté a fait le choix inverse. Arrast-Larrebieu et Moncayole, pourtant sur la rive droite du Saison, sont au pays Basque. Dans ce pays charnègue, bien avant cette nouvelle collectivité basque, on avait déjà choisi son camp.

Le cas Espiute/Etcharry

A Espiute le blason béarnais est sur tous les panneaux - Radio France
A Espiute le blason béarnais est sur tous les panneaux © Radio France - Daniel Corsand

Espiute pourtant rive droite du Saison est en Béarn et Etcharry, quelques hectomètres plus loin est au pays Basque. Et ce n'est pas qu'administratif. Ça se voit dans le style des maisons. Vous n'entendrez pas parler Béarnais à Etcharry, ni basque à Espiute.

Espiute est une enclave du Béarn. On devrait être au pays Basque mais nous sommes béarnais. On parle béarnais. A ma connaissance il n'y a pas de famille qui parle en basque. — la maire d'Espiute

Françoise Louis la maire béarnaise d'Espiute en Béarn

Le quartier oublié d'Osserain

Le panneau d'entrée de Rivareyte et sa traduction acrobatique en basque - Radio France
Le panneau d'entrée de Rivareyte et sa traduction acrobatique en basque © Radio France - Daniel Corsand

Il y a un cas particulier, parmi ces cas particuliers. Osserain, toujours dans ce même pays charnègue : Osserain au pays Basque, et son quartier Rivareyte, en Béarn. Dans ce quartier les maisons sont béarnaises, tout comme les gens qui y habitent. Mais ils sont embarqués dans cette intercommunalité du pays Basque. Les identités sont parfois plus subtiles que les frontières administratives.

Culturellement on voit bien que les maisons sont béarnaises. Minvielle c'est Béarnais. J'ai rien contre les basques mais Minvielle c'est plutot béarnais — Michel Minvielle d'Osserain-Rivareyte

Michel Minvielle, un béarnais du pays Basque