Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : A Guéret, le Cabas Creusois s'inquiète de l'impact du couvre-feu à 18h

-
Par , France Bleu Creuse

Le Cabas Creusois, l'épicerie-restaurant situé place Bonnyaud à Guéret, ne voit pas d'un bon œil la mise en place du couvre-feu à 18h. Les gérants craignent une nouvelle baisse de fréquentation de l'établissement.

Laurent Wolfelsperger-Marsalon, co-gérant du Cabas Creusois
Laurent Wolfelsperger-Marsalon, co-gérant du Cabas Creusois © Radio France - Camille André

Les gérants du Cabas Creusois s'inquiètent de l'impact du couvre-feu à 18h. L'emblématique épicerie-restaurant, située sur la place Bonnyaud a Guéret a traversé les différents confinements sans trop de casse jusqu'à présent. Grâce à la partie épicerie ils ont pu rester ouverts. Ils proposent aussi de la nourriture à emporter

Des hamburgers à emporter, pour survivre face à la crise

A l'heure du déjeuner et du dîner, les Guérétois continuent de fréquenter l'établissement. "Les clients sont là. Globalement ils sont fidèles, assure Laurent Wolfelsperger-Marsalon le co-gérant. Mais il précise quand même que "certains restent réticents à venir dans les commerces"

Lorsque les gérants du Cabas Creusois ont été obligés de fermer leur salle, ils ont décidé de proposer des burgers à emporter : "Ce sont les burgers qui nous ont permis de passer les différents confinements", raconte Laurent Wolfelsperger-Marsalon. Il précise que "le soir, avant dîner, pas mal de clients en demandent". La mise en place du couvre-feu à 18h risque de casser cette dynamique. 

Pour le moment, les gérants ne savent pas encore comment s'organiser. Ils hésitent à adapter leurs horaires, en supprimant leur pause en début d'après-midi

Un moral en dents de scie

Globalement, les gérants du Cabas Creusois sont un peu moroses. Comme tous les restaurateurs, ils aimeraient pouvoir de nouveau accueillir des clients en salle: "On se sent un peu boucs-émissaires parce qu'on a suivi les consignes sanitaires à la lettre et on ne nous permet pas de rouvrir pour autant". Au Cabas Creusois, la partie restauration représente plus de la moitié du chiffre d'affaire

Choix de la station

À venir dansDanssecondess