Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : l’activité des parcs de jeux en intérieur est au ralenti depuis l’épidémie de coronavirus

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

En cette période de vacances scolaires, gros plan sur la situation économique des parcs de jeux indoor en pleine crise sanitaire liée au Covid. A Kabane près de Chambéry tout est mis en place pour accueillir dans de bonnes conditions le public mais la structure a dû mal à faire le plein.

Kabane près de Chambéry, les clients se font rare à cause de la peur du Covid
Kabane près de Chambéry, les clients se font rare à cause de la peur du Covid - Audrey Deheunyunck

"La nouvelle éco" avec une responsable de Kabane à Voglans, dans l’agglomération de Chambéry, Audrey Deheunyunck.

Audrey Deheunyunck

Quelle est la conséquence de la crise sanitaire sur votre activité ?

On a remarqué lors des dernières journées de pluie que la fréquentation était moins importante. Les gens appellent, ils se posent beaucoup de questions. On a mis en place un protocole sanitaire strict mais on sent que les gens ont peur. 

La période des vacances scolaires est souvent plus dynamique dans votre structure pourtant

Oui, tout à fait. Mais c’est vrai que notre principal concurrent c’est la météo, c’est le soleil. Et en ce moment, les gens prennent plaisir à être dehors avec les enfants. On attend de voir les journées de pluie, sachant qu’on limite le nombre de personnes à l’intérieur. Mais jusqu’à présent nous n’avons jamais eu à le faire !

Comment fonctionnez-vous au niveau du nombre de personnes à l’intérieur ? 

On a instauré, comme dans les restaurateurs, un nombre maximum de six autour d’une table, puisqu’on propose un service snack. Et quand toutes nos tables et chaises sont prises on bloque les entrées. Mais cette situation ne s’est jamais présentée malheureusement. 

Quelles sont les conséquences pour le fonctionnement de votre entreprise ? 

C’est très compliqué. Nous étions quatre salariés nous ne serons bientôt plus que trois3. Et nous ne faisons plus un plein temps, il n’y pas assez de travail pour cela alors même que nous passons beaucoup plus de temps à nettoyer et à désinfecter les jeux et les tables. On s’adapte, au jour le jour. Cela reste inquiétant. On ne sait pas comment ça va se passer dans un mois. On met toutes les chances de notre côté pour arriver à dépasser cette crise, mais nous sommes assez anxieux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess