Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nouvelle évacuation d'un vaste campement de migrants porte d'Aubervilliers à Paris

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Plus de 1.400 migrants ont été évacués du campement parisien de la Porte d'Aubervilliers ce mardi matin, deux mois après le démantèlement d'un site voisin, répondant à la promesse du gouvernement de vider le nord-est parisien de ces camps insalubres.

Plus d'un millier de migrants en cours d'évacuation porte d'Aubervilliers à Paris ce mardi matin
Plus d'un millier de migrants en cours d'évacuation porte d'Aubervilliers à Paris ce mardi matin © Radio France - Emeline Ferry

Depuis 2015, 60 évacuations de camps de migrants ont été organisés. La 61e évacuation a eu lieu ce mardi matin. Plusieurs centaines de migrants du campement parisien de la Porte d'Aubervilliers ont été évacués entre 6h00 et 8h30, après le démantèlement d'un site voisin, le 7 novembre Porte de la Chapelle. Des  mesures qui répondent à la politique du gouvernement qui souhaite vider le nord-est parisien de ces camps insalubres.  

Près de 1.600 personnes ont été prises en charge

1.436 migrants ont été pris en charge, selon un décompte de la préfecture de région. Ils s'étaient installés en quelques semaines sous des tentes ou des baraquements de fortune, au bord du périphérique. Le préfet de police Didier Lallement, sur place, dirigeait cette opération d'évacuation.

Encadrés par un important dispositif policier, ces migrants ont été dirigés vers une quarantaine de bus à destination de centres d'accueil franciliens et de gymnases : une quinzaine de sites réquisitionnés pour cette opération, menée conjointement par la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France. "Des places ont été mobilisées pour héberger tout le monde", fait savoir la préfecture de police. 

Cette nouvelle opération d'évacuation, Porte d'Aubervilliers, a tenu compte de la situation de chacun : les familles d'un côté, les hommes seuls de l'autre. Quant aux toxicomanes, ils ont été conduits vers un autre site de mise à l'abri, fait savoir Emeline Ferry, reporter pour France Bleu Paris. Au total, près de 250 personnes en famille ont été prises en charge, et 1.187 hommes seuls, détaille la préfecture de la région Ile-de-France.

A peine évacué, le camp a aussitôt été détruit

Une fois les migrants acheminés par car vers les sites dédiés, en deux heures et trente minutes, les pelleteuses ont commencé à déblayer les campements de fortune.

Ce démantèlement intervient deux mois après celui du camp la Porte de la Chapelle

Le 7 novembre dernier, 1.600 personnes déplacées avaient également été évacuées. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait promis que l'ensemble de ces campements du nord-est de Paris seraient vidés avant la fin 2019. Ces sites constituant une "anomalie" du système d'hébergement. La préfecture de police avait prêté main forte à la Préfecture d'Ile de France qui gère habituellement les opérations de mise à l'abri, en opérant un tour de vis sécuritaire : plus aucune réinstallation sur la Porte de la Chapelle n'est possible depuis, grâce à un imposant dispositif des forces de l'ordre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu