Société

Nouvelle journée de mobilisation contre la loi travail ce jeudi à Rennes

Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique jeudi 21 septembre 2017 à 18:51

Selon la préfecture, 2 200 personnes ont défilé ce jeudi contre la loi Travail à Rennes
Selon la préfecture, 2 200 personnes ont défilé ce jeudi contre la loi Travail à Rennes © Radio France - Alexandre Frémont

Nouvelle journée de manifestation contre la loi travail et ses ordonnances à l'appel des syndicats CGT, FO et Solidaires, entre autres. Ils étaient plus de 2 000 personnes à défiler ce jeudi à Rennes, 600 à Saint-Malo. Une mobilisation en baisse par rapport à la semaine dernière.

"Il faut bloquer le pays !" lance un syndicaliste FO avant le début de la manifestation. Ce n'était finalement pas beaucoup le cas ce jeudi midi sur l'esplanade Charles de Gaulle à Rennes. Selon la Préfecture, 2 200 personnes auraient défilé dans les rues rennaises, contre 6 000 à 10 000 manifestants la semaine dernière. Mais cette baisse de mobilisation n'inquiète pas les syndicats. Pour Valérie Kérauffret, responsable de l'union locale CGT de Rennes, c'est plutôt sur la durée qu'elle doit s'inscrire. "C'est avant tout un rapport de force que l'on veut mettre en place", commente-t-elle. "Puisqu'on a pas été entendu et qu'il n'y a pas eu de négociations lors de ces rencontres avec le gouvernement, on souhaite lui faire entendre raison pour qu'il revienne sur ces ordonnances qui sont tout sauf démocratiques".

Même son de cloche du côté des syndicats étudiants. Vincent est délégué général de l'UNEF Rennes. "Nous on fait en sorte qu'il y ai de plus en plus d'étudiants qui soient informés sur cette loi du travail. On fait en sorte également d'en ramener de plus en plus aussi dans les manifestations", détaille Vincent.

Quelques fumigènes colorés ont été lâchés par des manifestants en fin de parcours - Radio France
Quelques fumigènes colorés ont été lâchés par des manifestants en fin de parcours © Radio France - Alexandre Frémont

Des débordements en fin de manifestation

Dans le cortège, on retrouve Mireille, 71 ans. Cette retraité veut envoyer un message fort au Président de la République, Emmanuel Macron, qui a dit il y a quelques jours que "la démocratie, ce n'est pas la rue" : "On a le droit de manifester, commence-t-elle. Si c'est pas la rue, qu'est ce que c'est alors? C'est la dictature?"

En fin de manifestation, une centaine de jeunes cagoulés décident d'entamer un bras de fer avec les forces de l'ordre. Des fumigènes sont déclenchés, on commence à voir fleurir des tags sur les vitrines et la tension monte d'un cran.

Des tags sur les vitrines pendant la manifestation - Radio France
Des tags sur les vitrines pendant la manifestation © Radio France - Alexandre Frémont

Un tag propose au cortège de continuer sur un parcours qui n'est plus autorisé par les autorités. Et là, forcément, les forces de l'ordre deviennent donc plus présentes et plus insistantes pour stopper cette deuxième partie de manifestation.

Un appel à la poursuite de la manifestation rennaise. Le cortège a donc continué sur un parcours non autorisé  - Radio France
Un appel à la poursuite de la manifestation rennaise. Le cortège a donc continué sur un parcours non autorisé © Radio France - Alexandre Frémont

On a le droit de manifester, commence-t-elle. Si c'est pas la rue, qu'est ce que c'est alors? C'est la dictature?" Mireille, une retraitée en réponse à la phrase d'Emmanuel Macron "la démocratie, ce n'est pas la rue"

Ni interpellation, ni casse

Après avoir tourné dans plusieurs rues du centre-ville de Rennes, en jouant au chat et à la souris avec la police, le petit groupe restant de manifestants se dirige vers les Champs-Libres, lieu initial du départ du cortège. Les échanges se corsent un peu avec les CRS puisque certains individus mettent le feu à une poubelle et allument des fumigènes colorés. Mais rien de bien méchant, le cortège s'est éclaté quelques minutes après ces signes de contestations.

Devant la Sécurité Sociale de Rennes, les quelques manifestants restants ont fait face aux forces de l'ordre  - Radio France
Devant la Sécurité Sociale de Rennes, les quelques manifestants restants ont fait face aux forces de l'ordre © Radio France - Alexandre Frémont

Au final, aucune interpellation n'a été signalée et pas de casse importante à déplorer sur le parcours de la manifestation, si ce n'est ces quelques tags écrits sur des vitrines de banques.

Ecoutez ce reportage d'Alexandre Frémont dans le cortège