Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nouvelle prison au Havre : la colère ne retombe pas au Mont-Gaillard

mercredi 10 avril 2019 à 18:41 Par Hélène Fromenty, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les habitants du quartier du Mont-Gaillard, au Havre, s'opposent fermement à la construction d'une prison près de chez eux à l'horizon 2022. Ils ont mis en ligne une pétition et appellent à manifester le samedi 13 avril. Face aux inquiétudes, la mairie promet une série de consultations.

La future prison sera construite à la place d'un centre équestre.
La future prison sera construite à la place d'un centre équestre. © Radio France - Hélène Fromenty

Le Havre, France

Ils disent "non" à la prison qui doit sortir de terre à deux pas de chez eux. De nombreux habitants du Mont-Gaillard, quartier sensible du Havre (Seine-Maritime), dénoncent le projet d'implantation d'une structure d'accompagnement vers la Sortie (SAS) près de leurs logements et de plusieurs écoles. Cet établissement pénitentiaire doit en effet être construit à la place d'un centre équestre, à l'horizon 2022. A terme, au moins 90 détenus en fin de peine ou condamnés à moins d'un an de prison y seront accueillis jusqu'à leur réinsertion à la société. 

Cette nouvelle ne passe pas du tout chez la plupart des riverains qui ont appris - pour beaucoup - la nouvelle dans la presse du jour au lendemain. "Il n'y a eu aucune concertation, assure Hédia, qui vit à deux pas du site. C'est comme ci nous étions des sous-citoyens et qu'il n'y avait pas besoin de nous tenir informés." 

Lorsqu'elle a acheté sa maison, il y a 8 ans, cette mère de famille ne pensait pas qu'une prison verrait le jour juste au bout de son jardin. "Nos fenêtre donnent sur le centre équestre et depuis sa chambre mon fils aune très belle vue sur les chevaux, reprend-t-elle. Je n'arrive pas à imaginer que demain il verra des détenus et une prison. C'est horrible pour moi de pense à ça."

Cet endroit a été choisi car il répond aux critères requis par l'Etat, notamment en terme de superficie, d'accès facile, et de proximité des transports en commun. 

Le site est facilement accessible en transports en commun, mais aussi très proche des habitations. - Radio France
Le site est facilement accessible en transports en commun, mais aussi très proche des habitations. © Radio France - Hélène Fromenty

Mais pour cette riveraine, ce centre pénitentiaire va causer les même nuisances que l'ancienne prison Danton : du bruit à toute heure, des allers et venues pour les visites des familles et des associations, des prostituées dans le secteur. Terminé, donc, "la vie calme" dans le quartier.

"Et je pense aussi à la valeur de nos biens. Nos maisons vont perdre de la valeur et plus personne ne voudra acheter. On nous affirme le contraire mais c'est invraisemblable."

Plusieurs écoles à proximité

La future prison sera également à quelques mètres de plusieurs établissements scolaires. Dont l'école des trois enfants d'Hélène, une autre riveraine qui habite dans un immeuble tout proche. 

Si t'es pas sage, t'iras à la prison

"Lorsque les détenus iront en promenade, les enfants seront peut-être dans la cour de récréation. Ça va devenir malsain. Et puis nous sommes en zone prioritaire, donc les élèves ont besoin de calme pour travailler."

Les enfants aussi s'inquiètent déjà assure-t-elle. "Certains commencent à dire à leurs copains 'si t'es pas sage, t'iras à la prison'" 

Pour Baptiste, qui vit à quelques rues de là, ce quartier en difficulté avait besoin de tout sauf de ça."Nous on veut des commerces, des services publics de proximité. On veut un cadre de vie agréable, et ce n'est pas une prison qui va nous aider."

D'autant que, selon les habitants que nous avons rencontrés, ce quartier en difficulté, "va mieux" et "qu'il y fait bon vivre, malgré les problèmes de trafic". "Ce projet ça va rajouter à la mauvaise réputation du Mont-Gaillard et le quartier mérite mieux que ça."

Pétition et manifestations

Certains pensent déjà à quitter le secteur si la prison voit la jour. Mais pour Baptiste, ce n'est pas une option. "Je n'envisage pas la suite car je ne veux pas que ça se fasse, et on va tout faire pour que ça ne se fasse pas !"

Les riverains, constitués en collectif et très actifs sur les réseaux sociaux, ont mis en ligne une pétition, qui a déjà recueilli plus de 2200 signatures et distribué de nombreux tracts. Après une première mobilisation, ils appellent de nouveau à manifester samedi 13 avril au matin, au départ du centre équestre. 

Face à ces inquiétudes, la mairie du Havre a finalement décidé de consulter les habitants et les commerçants du quartier. Trois rencontres seront organisées prochainement. Dans un communiqué, la municipalité assure qu'elle prendra position sur le projet à l'issue de ces réunions.