Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nouvelles tentes de migrants à Clermont-Ferrand : l'appel de la présidente du secours populaire

vendredi 7 septembre 2018 à 16:29 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

Quelques jours après l'installation de nouvelles tentes sur la place du 1er mai à Clermont-Ferrand, Nicole Rouvet lance un appel aux autorités compétentes pour régler la situation.

Nicole Rouvet/ présidente du Secours Populaire 63
Nicole Rouvet/ présidente du Secours Populaire 63 © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

Elle est en colère. Une fois de plus. Nicole Rouvet ne mâche pas ses mots. Quelques jours après l'installation de nouveaux migrants sur la place du 1er mai, lors d'une conférence de presse, la présidente du secours populaire du Puy-de-Dôme en a appelé aux autorités compétentes dans ce dossier pour que "tout puisse être réglé". Le secours populaire avait fourni quelques toiles de tentes pour ces migrants dans un premier temps mais Nicole Rouvet ne souhaite pas que ce camp, situé à quelques minutes du coeur de la ville, devienne pérenne. "Je ne veux pas d'un camp comme à Calais ou à Nantes. On ne peut pas laisser faire ça " martèle la responsable. 

Des tables rondes pour trouver des solutions ?

La présidente du secours populaire 63 demande à ce que la préfecture et le conseil départemental se mettent "autour de la table pour trouver des solutions."
De son côté, la préfecture assure effectuer le recensement des personnes sur site. Les profils (demandeurs d'asile, déboutés...) sont très divers.  Les nationalités, georgienne, irakienne, guinéenne aussi. Tout se fait donc au cas par cas. Le conseil départemental, lui, assure faire tout son possible pour régler la situation des mineurs isolés...Pas suffisant pour le secours populaire.