Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Noyal-sur-Vilaine : un "veilleur" pour protéger les champs menacés

lundi 4 décembre 2017 à 1:46 Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique

Pour éviter la construction d'un lotissement sur leur terrain, le collectif "Au pré d'chez vous" a installé un silo à graines dans le champ de la ferme de la Touche du Val. Tout un symbole pour ses membres qui veulent dire non à l'urbanisation excessive de la ville

Le silo a grains gardien des lieux a été inauguré ce dimanche à Noyal
Le silo a grains gardien des lieux a été inauguré ce dimanche à Noyal © Radio France - Alexandre Frémont

Noyal-sur-Vilaine, France

Si vous passez par Noyal-sur-Vilaine, en Ille-et-Vilaine, en face du centre commercial Leclerc, sur les terrains de la ferme de la Touche du Val, vous ne pouvez pas louper "Le Veilleur". En réalité, ce n'est pas un simple vigile mais un silo à grain. Une sorte de gros conteneur en aluminium, haut de plusieurs mètres avec deux trous, qui représentent les yeux, une "moustache" et une bouche représentée par un pneu. Le collectif "Au pré d'chez vous" dit non et a monté ce totem en ferraille pour protester contre cette décision.

"Bientôt, il n'y aura plus de nature du tout"

Ce "veilleur" a pour mission de surveiller les terres agricoles bio menacées par le nouveau plan d'urbanisme de la ville qui souhaite construire un lotissement à la place. "Elle veut construire sur sept hectares, mais après ça sera plus, estime Simon, la tête de file du collectif et salarié à la ferme. Ce terrain, il est indispensable pour les vaches pour qu'elles pâturent".

Chacun a pu accrocher une cravatte sur un fil du potager partagé pour dire que tous sont des décideurs - Radio France
Chacun a pu accrocher une cravatte sur un fil du potager partagé pour dire que tous sont des décideurs © Radio France - Alexandre Frémont

Lors de l'inauguration de ce "veilleur", ce dimanche après-midi, une centaine de personne a fait le déplacement, pour soutenir l'initiative. Joëlle, une Noyalaise qui habite à deux pâtés de maison, encourage Simon et le collectif de continuer à se battre. "Déjà moi, là où j'habite actuellement, il y avait des champs avant. Tout est allé très vite et la ville a tout construit à l'endroit de la forêt, explique-t-elle. Il faut arrêter cette urbanisation massive, bientôt, il n'y aura plus de nature du tout".

Elle discute avec Hubert, un Rennais qui a fait le déplacement en vélo pour venir jusqu'à Noyal. "C'était important pour moi de venir aujourd'hui, commence-t-il. Quelle planète on va laisser à nos enfants si on détruit toute la nature partout? J'ai l'impression que c'est surtout en Bretagne qu'on fait n'importe quoi. Il ne manquerait plus que le ciel nous tombe sur la tête".

Il y a quelques années, la mairie souhaitait déjà construire mais un supermarché cette fois-ci sur ce terrain de la ferme de la Touche du Val, mais elle n'avait pas eu le droit à cause du SCOT, le schéma de cohérence territorial de Bretagne, défavorable au projet. Une première victoire pour Simon et le collectif qui compte bien renouveler cette victoire.

Une décision définitive le 18 décembre prochain?

Il demande donc à la mairie de revoir le nouveau plan d'urbanisme pour le prochain conseil municipal. "On veut simplement que la ferme fasse partie intégrante de la commune et que son rôle économique et pédagogique auprès des habitants soit reconnu, rappelle Simon. On fait de l'accueil d'enfants ou encore des événements agri-culturels, elle prend une place majeure aujourd'hui", conclu-t-il. Le conseil, prévu le 18 décembre prochain, devrait être déterminant mais aussi tendu puisque le collectif a été rejoint pas l'opposition municipale de gauche, qui est contre ce nouveau PLU. Des débats qui s'annoncent croustillants, mais surtout houleux...