Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nuit des abattoirs : un rassemblement mercredi soir à La Talaudière

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

269 Libération Animale organise dans la nuit de mercredi à jeudi une nuit debout devant les abattoirs. Cinq sites sont ciblés en France, dont l'abattoir Sicarev de La Talaudière.

Ceylan Cirik travaille tous les jours au sanctuaire pour s'occuper des 40 animaux sauvés par l'association
Ceylan Cirik travaille tous les jours au sanctuaire pour s'occuper des 40 animaux sauvés par l'association © Radio France - Mathilde Montagnon

La Talaudière, France

L'association 269 Libération Animale espère rassembler quelques 600 militants en France mais également en Australie, Belgique, Italie et Suisse. Elle organise dans la nuit de mercredi à jeudi sa troisième édition des nuits debout devant des abattoirs. Cinq sites sont ciblés : Sicarev à La Talaudière, l’abattoir Charal à Metz, l’abattoir Guy Harang à Houdan, l’abattoir LDC à Bazas et l’abattoir Cooperl à Lamballe. 

L'objectif pour 269 Libération animale c'est de favoriser au sein du mouvement animaliste, un virage en direction de l’action directe et la confrontation. Cette association considère que le mouvement animaliste est trop pacifiste et qu'il doit désormais s'orienter vers des actions coups de poing et la désobéissance civile. Pour Ceylan Cirik, l'un des co-fondateurs de 269 Libération animale, les mouvements de protestation pacifiste sont inefficaces. Le but de nuit debout c'est se concentrer sur les abattoirs, sites symboliques et stratégiques pour lui.

"C'est pour rassembler le maximum de gens là où les animaux sont abattus. Ce n'est pas place de la République à Lyon ou à Paris que les animaux sont abattus. Donc c'est pour dire aux gens ça se passe dans les abattoirs donc il faut venir devant les abattoirs. J'ai milité avant de passer à l'action directe, comme tout le monde, on a distribué des tracts, on a sorti des banderoles sur les places de la République pour distraire les gens. Jamais je n'ai été inquiété. Parce qu'on n'est pas pris au sérieux."

Ceylan Cirik co-fondateur de 269 Libération Animale prône l'action directe

"On est rentré dans les abattoirs. On a occupé les lieux. On a sauvé les animaux. On a commencé à déranger. Si on est inquiété c'est qu'on est crédible. De toute façon on n'est pas écouté par l'État. Et quand on n'est pas écouté par l'État, comme dans toutes les luttes, on passe à l'offensive. Bris de vitrine, sabotage... sincèrement c'est que le début. Nous, on les juge pas ces gens-là. On les soutient. Et puis on n'a aucune empathie pour les vitres cassée".

Pour des actions directes mais aussi concrètes

Dans le sud de la Loire, dans un lieu qui doit rester secret, 269 Libération Animale possède un sanctuaire (l'association en détient deux en France, le second est en Lorraine). Il s'agit d'un refuge pour animaux qui ont été "sauvés" par l'association : des animaux qui devaient être euthanasiés ou qui partaient pour l'abattoir. 40 bêtes (chiens, chèvres, moutons, vaches, cochons, poules, canards et oies) vivent ici tranquillement en attendant leur belle mort. 

Reportage au sanctuaire de 269 Libération animale dans la Loire de Mathilde Montagnon

"C'est un sanctuaire pour récupérer des animaux destinés aux abattoirs et puis des animaux qui viennent de laboratoires. Ici ils vivent paisiblement jusqu'à leur mort. Ils vivent leur retraite" explique Ceylan Cirik. Une action concrète pour ce militant qui refuse la notion de barrière et de hiérarchie entre les espèces "on se dit antispécistes. Pas vegans. Antispécistes. On a un discours et puis surtout derrière il y a des actes. La preuve ici. La preuve depuis un an et demi on a sauvé plus de 403 individus des abattoirs. Ça c'est du concret".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu