Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Numérique, désertification médicale, travaux sur les routes : l'Indre vote un budget 2020 en hausse

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Ce mercredi, le budget primitif 2020 du Conseil départemental de l'Indre a été voté et adopté. Il est de 269 millions d'euros, en hausse de 4% par rapport à 2019. Serge Descout, président du département, est convaincu que l'Indre va continuer à gagner en attractivité.

La salle des délibérations du Conseil départemental de l'Indre
La salle des délibérations du Conseil départemental de l'Indre © Radio France - Jérôme Collin

Châteauroux, France

À l'exception des élus de l'opposition qui se sont abstenus, le budget primitif 2020 du Conseil départemental de l'Indre a été largement approuvé, ce mercredi 15 janvier. Le budget s'élève précisément à 269 440 383 euros, en hausse de 4,1% par rapport à 2019. Dans le détail, 139 millions d'euros seront dédiés aux solidarités humaines qui concernent les politiques pour l'enfance et la famille ; l'insertion ; le handicap ; l'aide aux personnes âgées. Et puis 97 millions d'euros seront consacrés à la solidarité territoriale : travaux sur la route, modernisation des collèges, aménagement numérique.

Plusieurs piliers pour accroître l'attractivité de l'Indre

Tout est en hausse, sauf du côté de la fiscalité départementale. Pour la 17ème année consécutive, il n'y aura pas d'augmentation dans l'Indre. "On n'a pas de dettes, on a un avantage terrible par rapport à d'autres, on n'a pas besoin d'aller taxer en plus nos concitoyens. On reste dans des taux faibles, les plus faibles de la région Centre-Val de Loire", se félicite Serge Descout.

Et pourtant, la fiscalité, c'est un sujet d'inquiétude pour Serge Descout. Les départements ne vont plus toucher la taxe sur le foncier bâti. Les recettes seront reversées aux communes, qui ne vont plus bénéficier de la taxe d'habitation. C'est donc un manque à gagner. Même si l'Etat assure qu'il sera compensé par la TVA.

Numérique, lutte contre la désertification médicale, meilleure mobilité : le président du Conseil départemental de l'Indre fixe le cap. "Il faut bien équiper le département, recréer de l'emploi et faire revenir les habitants", explique Serge Descout. "Je vous donne rendez-vous dans 2, 3 ou 4 ans. Je suis optimiste. Par contre, il faut le numérique au top parce que si on n'a pas de très haut débit, si on a des problèmes de mobilité, si on n'a pas de médecins, alors on n'y arrivera pas", ajoute-t-il. 70% des habitants de l'Indre doivent accès à Internet à très haut débit en 2021. Et dans un deuxième temps, 100 % des habitants en 2025. 

L'Insee a récemment publié les derniers chiffres officiels du recensement. Entre 2007 et 2017, l'Indre a perdu plus de 10 000 habitants. Un chiffre que remet en cause Serge Descout. "Il y aura des jours meilleurs. Dans ce département, nous avons des atouts indiscutables. Il faut continuer à moderniser l'Indre. Un jour, rapidement, il y aura un retour des gens des métropoles qui n'en peuvent plus de vivre dans la poussière et la fumée et qui reviendront vivre chez nous", est convaincu le président du Conseil départemental de l'Indre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu