Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Numéros d'urgence : en Ardèche, les appels aux pompiers et au Samu arrivent au même endroit

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

En Ardèche, les pompiers et le Samu récupèrent les appels d'urgence au même endroit depuis 2008, ce qui permet d'intervenir plus rapidement.

En Ardèche, les opérateurs du Samu et des pompiers travaillent l'un en face de l'autre.
En Ardèche, les opérateurs du Samu et des pompiers travaillent l'un en face de l'autre. © Radio France - Adèle Bossard

Privas, France

À l'occasion de la journée européenne du 112, le numéro européen d'appel d'urgences, la question d'une meilleure coordination des secours revient à l'ordre du jour en France. Et dans ce domaine, l'Ardèche est en avance ! C'est l'un des 18 départements français où les différents appels aux secours sont gérés au même endroit, au Centre de traitement et de régulation des appels installé à Privas. 

Que vous appeliez le 15, le 18 ou le 112, les appels arrivent dans cette pièce où sont installés une dizaine d'opérateurs. "Le Samu sur le côté gauche reçoit tous les appels du 15 et à droite, les sapeurs pompiers reçoivent le 18 et le 112, détaille le colonel Alain Rivière, le patron des pompiers de l'Ardèche. C'est important qu'on soit les uns à côté des autres parce qu'on partage l'information".

"On communique plus facilement et il y a aussi moins de tensions"    
- Clément, opérateur du Samu 

Esther, opératrice pompiers, peut entendre par exemple son collègue du Samu qui est juste en face : "Ce n'est pas très gai mais on a beaucoup de tentatives de suicides ou des gens qui appellent en détresse le 15. Donc si je l'entend dire 'je vous envoie les pompiers', moi je suis déjà prête, j'ai entendu la commune, et je peux déjà regarder s'il y a un véhicule disponible".

Les deux services gagnent en vitesse d'intervention, ce qui est précieux en cas d'urgence, et en efficacité de communication. Clément est opérateur du Samu : "S'il y a des doublons, des gens qui appellent le 15 et le 18, ça permet d'éviter d'envoyer deux fois les secours. On communique plus facilement et il y a aussi moins de tensions entre les services qu'en ne passant que par le téléphone". Et bientôt un coordinateur des ambulanciers sera aussi installé dans la même salle. Son poste est déjà prêt, il doit arriver le 1er mars prochain.

Vers un numéro d'appel d'urgence unique ?

L'idée est aussi régulièrement évoquée de regrouper les différents numéros d'urgence - il y en a au moins 14 en France - sous le numéro 112, à l'image du 911 américain. Le 112, numéro d'urgence européen, existe depuis 1991 mais reste encore très peu connu en France.  En Ardèche par exemple, les appels au 112 n'ont représenté qu'un quart des 70 000 appels reçus sur l'ensemble de l'année 2019 par les pompiers.

"Il y a une multitude de numéros d'appels d'urgence... et le grand public s'y perd complètement, analyse le colonel Alain Rivière. _Ce qui fait perdre de l'efficacité dans la distribution des secours." P_our lui, un numéro unique serait aussi l'occasion de filtrer les appels, quand on sait que les pompiers sont parfois dérangés pour une armoire coincée dans l'escalier pendant un déménagement

Mais à Privas, le médecin régulateur du Samu, le docteur Abdel Benazzouz, émet quelques réserves sur des risques d'engorgement avec un numéro d'urgences unique : "Ce qui m'intéresse, c'est qu'on ne se perde pas dans ce 112 parce que si lignes sont encombrées, ça voudrait dire que le patient n'est pas pris en charge rapidement. Et si un patient qui présente une urgence vitale, les secondes sont comptées."

Et un récent rapport parlementaire remis à la ministre de la Santé préconise de créer un nouveau numéro d'urgence, le 113, qui serait uniquement dédié à la santé. Le 112 regrouperait alors uniquement la police, la gendarmerie et les pompiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu