Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Occitanie : les mauvais chiffres de la sécurité routière en 2019, le nombre de morts en hausse

-
Par , France Bleu Occitanie

Le nombre de morts sur les routes de l'ex-Midi-Pyrénées a augmenté en 2019, dans la majorité des départements. La hausse est particulièrement importante en Haute-Garonne et dans le Tarn-et-Garonne.

contrôle routier route sécurité routière gendarmerie gendarmes
contrôle routier route sécurité routière gendarmerie gendarmes © Radio France - Adèle Bossard

2019 a été une année noire sur les routes en Occitanie. Dans la zone de l'ex-Midi-Pyrénées, la mortalité a augmenté dans la majorité des départements. En Haute-Garonne, 63 personnes sont mortes sur la route en 2019. C'est 10 de plus que l'année précédente. La barre des 60 morts n'avait jamais été dépassée dans le département depuis 2010. Même constat dans le Tarn-et-Garonne, où 26 personnes sont décédées. Elles étaient 16 en 2018. Le nombre d'accidents a tout de même diminué dans ces deux départements.

La mortalité sur la route a aussi augmenté dans le Lot (15 morts en 2019, 9 morts en 2018), dans le Gers (21 tués en 2019, 17 l'année d'avant) et dans le Tarn (35 morts en 2019, 32 en 2018). Dans ce département, le nombre d'accidents a également bondi. En 2019, la préfecture a comptabilisé 277 accidents. Il y en avait eu 171 en 2018.

Seul département où le bilan est meilleur qu'en 2018 : l'Aveyron. Il y a eu 6 tués de moins sur la route que l'année précédente (18 tués en 2019). Le nombre d'accidents et de blessés est également en baisse. Les chiffres de 2019 pour le département de l'Ariège ne sont pas encore connus.

Les 80 km/h, pas efficaces ?

Un lourd bilan et de nombreux drames humains, alors que la limitation à 80 km/h sur les routes départementales est entrée en vigueur il y a un an et demi. La mesure a pour objectif de réduire le nombre d'accidents et le nombre de morts. Un aveu d'échec ? Pas forcément, estime Pierre Besnard, le préfet du Tarn-et-Garonne. 

Pour lui, la mesure a quand même un impact positif. "Quand on roule moins vite, il y a moins de chocs, les chocs sont moins violents. Et le fait que nous aillons moins de blessés en 2019, et des blessés moins graves, démontre un effet sur la vitesse", explique-t-il. Il déplore les comportements dangereux de certains automobilistes, de plus en plus fréquents selon lui.

Des automobilistes au comportement dangereux

"Le nombre de morts sur les routes a augmenté en 2019. Des pertes humaines plus importantes liées à deux éléments importants que je dénonce : un taux d'alcoolémie qui est très élevé sur les personnes décédées. Et surtout, il y a eu 9 morts qui auraient pu être évités, puisqu'ils sont liés à une absence de ceinture de sécurité. Des personnes qui étaient aussi à l'avant qu'à l'arrière, et qui ont été projetées à l'extérieur car elles n'avaient pas leur ceinture", déplore Pierre Besnard, ajoutant que la prévention et la répression vont être renforcées pour éviter de nouveaux drames sur la route.

Concernant les 80 km/h, la préfecture et le département du Tarn-et-Garonne envisagent de relever la vitesse de 70 à 80 km/h sur certaines portions de route. Ils estiment que la différence de vitesse ne se justifie plus par endroits depuis qu'on ne peut plus circuler à 90 km/h sur les départementales.

Depuis une dizaine de jours, les départements peuvent revenir aux 90 km/h s'ils le souhaitent, comme l'envisageait le Tarn. Mais dans les faits, il y a beaucoup de conditions imposées par l'État et la mise en place semble très compliquée pour les départements.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu