Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Octobière : le succès des brasseries indépendantes autour de Toulouse

mercredi 25 octobre 2017 à 17:50 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie

C'est Noël avant l'heure à Toulouse pour les amateurs de bières, 2ème édition d'Octobière du 25 au 28 octobre. Dans la région, les brasseurs artisanaux indépendants sont de plus en plus nombreux. Sur un marché qui s'ouvre au local, ils se frayent doucement un chemin aux côtés des géants industriels.

Benjamin André brasse la Bière du Midi à Montrabé depuis fin 2015.
Benjamin André brasse la Bière du Midi à Montrabé depuis fin 2015. © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, France

Carlsberg (Grimbergen, 1664,), Heineken (Pelforth, Affligem, Desperados), AB InBev (Stella Artois, Hoegaarden, Leffe), : trois groupes, des centaines de marques qui se partagent 95 % du marché de la bière en France. Pour le reste, ce sont plus de 800 brasseurs qui œuvrent en France. Des brasseurs artisanaux, une centaine de nouveaux chaque année, qui préfèrent le terme indépendants, et ne sortent que de petits volumes (moins de 10.000 hectolitres par an), en gardant la maîtrise de leur capital. L'Occitanie n'est pas en reste. Rien que pour cet Octobière, elles sont presque une bonne quinzaine basées dans l'ex-Midi-Pyrénées, la plupart situées à moins d'une heure de Toulouse.

Les bars qui participent à l'Octobière distribuent déjà des bières indépendantes locales, comme ici le Biérographe aux Carmes. - Radio France
Les bars qui participent à l'Octobière distribuent déjà des bières indépendantes locales, comme ici le Biérographe aux Carmes. © Radio France - Bénédicte Dupont

La Brasserie du Midi à Montrabé produit 7000 fois moins que l'usine Heineken en Alsace

En 2015, Benjamin André, ingénieur dans la construction a lancé "la Brasserie du Midi" à Montrabé. Il brassait chez lui dans sa cuisine depuis cinq ans. Cela fait quatre ans qu'il trime sur ce projet. Deux ans après la sortie de sa première bière, il commence à se sortir un salaire depuis six mois lui, qui travaille seul. Il produit 25.000 litres par an, soit la moitié du débit d'un bar moyen à Toulouse, pour avoir une idée. Ses marchés : 40% en boutiques (cavistes, épiceries fines) en bouteilles, 25% dans des fûts pour deux bars de Toulouse et le reste vers de l’événementiel (festivals, fêtes privées) et les particuliers qui passent chez lui.

Beaucoup de bars sont sous contrat avec des distributeurs, ils ne peuvent pas mettre n'importe quelle bière en pression. Et notre offre locale est émergente et trop marginale en volume pour satisfaire la demande des bars toulousains.

La Brasserie du Midi brasse 25.000 litres par an. - Radio France
La Brasserie du Midi brasse 25.000 litres par an. © Radio France - Bénédicte Dupont

Il a choisi Montrabé pour en tirer l'eau issue de la Montagne Noire, le malt (orge malté) vient essentiellement de Salvagnac (Tarn), le houblon de l'étranger (Angleterre, USA, Allemagne). Comme Benjamin, formé sur le tas en lisant des livres et en faisant une courte formation de microbiologie en une semaine, la plupart des brasseurs indépendants sont des autodidactes.

C'est très sain qu'il y ait autant de brasseurs indépendants autour de Toulouse, les acheteurs sont de plus en plus nombreux. Il y a largement assez la place pour tout le monde.

Cette brasserie indépendante écoule son stock dans des épiceries fines et cavistes en bouteilles (40%), des bars toulousains (25%) et le reste dans des fûts en événementiel (festivals, anniversaires,e tc) - Radio France
Cette brasserie indépendante écoule son stock dans des épiceries fines et cavistes en bouteilles (40%), des bars toulousains (25%) et le reste dans des fûts en événementiel (festivals, anniversaires,e tc) © Radio France - Bénédicte Dupont

La plus grosse brasserie indépendante du Sud-Ouest est celle de Christophe Ratz, à Fontanès dans le Lot. Ce pionnier s'est lancé dans la bière artisanale en 2001. Aujourd'hui, il emploie une quinzaine de salariés et écoule 8.000 hectolitres de Ratz par an. À titre de comparaison, c'est plus 30 fois plus que la Brasserie du Midi, mais 200 fois inférieur à la brasserie industrielle Heineken de Schiltigheim en Alsace (1,7 millions hl).

Les autres brasseurs indépendants toulousains (ou pas loin) à d'Octobière : la Seillonne à Mons, l'Oustal à Baziège, la Biérataise, à Bérat, la Garonnette à Toulouse, la Brasserie Gué des Moines à Bruguières, la Braxéenne à Brax, la brasserie Mohau à Pointis-Inard, Gilbert's à Rabastens (81), Oc'Ale à Lafrançaise (82) ou encore Le Grand Bison à Lavelanet (09).

Encore un phénomène de niche, les industriels tiennent les cordons de la bourse

La demande en bière locale, ou au moins traditionnelle, artisanale est bien là. Les "bars à bières" sont de plus en plus nombreux à Toulouse et eux peuvent se permettre de distribuer des produits artisanaux, sans passer par des canaux commerciaux classiques.

Les bars se font financer leur matériel par des industriels et doivent vendre leurs bières. À Toulouse, l'engouement pour la bière artisanale est plus tardif que dans les régions historiquement brassicoles, mais il arrive en force. — Benoit Wahl, gérant du Bierographe aux Carmes

"Il y a le phénomène du Do it Yourself depuis cinq ans environ, les gens ont découvert qu'ils pouvaient faire leur propre bière avec peu d'outils. Et la loi Evin a réglementé davantage les alcools forts dans les bars, la clientèle s'est tournée vers le vin puis maintenant la bière artisanale. Même si elle est plus chère, les gros bars essaient d'en avoir au moins une, même étrangère" poursuit Raimbault Fontanet, organisateur de l'Octobière.

Voir la page Facebook d'Octobière

Les brasseurs indépendants d'Occitanie ne sont pas concurrents, ils travaillent même ensemble. Ainsi des "bières collaboratives" voient en ce moment le jour, à l'image ci-dessous de cette bière produite à la fois par la Brasserie du Midi et par Joli Rouge, une brasserie du Tarn-et-Garonne.

Exemple de bières collaboratives : ici, une bière conçue par la Brasserie du Midi (Montrabé, 31) et Joli Rouge (Canals, 82). - Radio France
Exemple de bières collaboratives : ici, une bière conçue par la Brasserie du Midi (Montrabé, 31) et Joli Rouge (Canals, 82). © Radio France - Bénédicte Dupont

Ce qui est annoncé comme le futur "plus grand bar à bières de France", le Delirium Café doit ouvrir dans un mois à Toulouse, sur les allées Jean Jaurès. Parmi ses 60 becs à pressions, selon nos informations, il devrait proposer quelques bières artisanales du sud-ouest.

LIRE AUSSI ►Nantes fête la bière et les brasseurs des Pays-de-la-Loire

Pont-à-Mousson : la bière artisanale lorraine cartonne

Toujours plus de micro-brasseries en Sarthe