Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Société

"L'Eglise est au pied du mur" pour Olivier Savignac, un habitant de Rodez victime d'abus sexuels

vendredi 2 novembre 2018 à 8:56 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie, France Bleu et France Bleu Béarn

L'église va faire face à la douloureuse question des abus sexuels, ce week-end à Lourdes lors de la conférence des évêques de France. L'Aveyronnais Olivier Savignac, victime d'attouchements de la part du prêtre jugé en début de semaine à Orléans s'y rendra pour témoigner.

Olivier Savignac, l'une des victimes qui a dénoncé les agressions sexuelles du père De Castelet
Olivier Savignac, l'une des victimes qui a dénoncé les agressions sexuelles du père De Castelet © Radio France - Anne Oger

Rodez, France

Olivier Savignac a 38 ans aujourd'hui. Cet habitant de Rodez est musicien, père de famille. Il a tout fait pour remonter la pente après avoir été victime d'attouchements sexuels quand il avait 13 ans, lors d'un camps de vacances organisé en 1993 à Arthez d'Asson, dans les Pyrénées-Atlantiques. Il fait partie des victimes du père Pierre de Castelet qui a été jugé en début de semaine à Orléans et pour lequel trois ans de prison ferme, dont 6 mois avec sursis, ont été requis. Il fait partie des victimes appelées à témoigner ce week-end à la conférence des Évêques de France, à Lourdes. 

L'Eglise au pied du mur

"Nous allons dire qu'il ne faut plus que ces affaires se reproduisent. Mais les Evêques ne doivent pas faire face seuls. Il faut qu'ils s'attachent les services de professionnels" explique Olivier Savignac, qui raconte avoir surmonté l'épreuve grâce à "une foi chevillée au corps" et un accompagnement psychologique. Il invite toutes les victimes à parler, à faire ce premier pas qui est très difficile, mais essentiel. 

L'Eglise n'a pas le choix aujourd'hui. Elle fait face à un problème d'ampleur. Elle est au pied du mur. 

Pour lui, l'Eglise a aujourd'hui "un problème de gouvernance". Elle commence à prendre ses responsabilités, mais elle doit aller plus loin. Il faut juger, dit-il, "les affaires qui ne sont pas prescrites, mais aussi celle qui sont prescrites"

Un procès électrochoc

Olivier Savignac estime que le procès d'Orléans où il était partie civile mardi est une étape importante. Le procureur a requis trois ans de prison ferme dont 6 mois avec sursis à l'encontre l'abbé Pierre de Castelet et un an ferme contre l'évêque André fort qui n'as pas dénoncé les faits. "Nous avons vu à travers cette audience tous les symptômes de l'église face à la pédophilie : _la mécanique du silence_. Le manque de responsabilités des hommes d'Eglise". Référence au fait que l'Evêque André Fort ne s'est pas présenté à l'audience officiellement pour raisons de santé. Olivier Savignac salue le fait que le procureur ait requis un mandat de dépôt à son encontre. 

C'est inédit. Le procureur a dit qu'il voulait créer un électrochoc et c'est un point de départ. L'Eglise est prévenue aujourd'hui. 

Olivier Savignac veut que les choses avancent mais refuse toutefois de mettre tous les hommes d'Eglise dans le même panier. Il estime qu'il y a "des victimes collatérales : j'ai des copains prêtres qui sont victimes de propos, d'amalgames, de suspicion."  

Réécoutez l'interview d'Olivier Savignac sur France Bleu Occitanie