Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Oloron-Sainte-Marie : le grand débat animé par un cabinet indépendant

dimanche 27 janvier 2019 à 18:54 Par Evan Lebastard, France Bleu Béarn

Le maire d'Oloron-Sainte-Marie, Hervé Lucbéreilh, a choisi de confier l'animation du grand débat national à un cabinet indépendant, et non aux élus. Le premier débat doit avoir lieu début février.

Le maire d'Oloron, Hervé Lucbéreilh
Le maire d'Oloron, Hervé Lucbéreilh © Radio France

Oloron-Sainte-Marie, France

Le grand débat national sera animé par un cabinet indépendant à Oloron-Sainte-Marie. Le maire, Hervé Lucbéreilh, a choisi de ne pas impliquer les élus, pour "ne pas être taxé de parti-pris". Quatre soirées doivent avoir lieu, à partir de début février, sur les quatre thèmes choisis par le gouvernement.

A Pau, le maire François Bayrou avait notamment été critiqué par l'opposition pour son choix d'animer lui-même le débat. "Il faut éviter que les élus monopolisent le débat, justifie le maire d'Oloron-Sainte-Marie. Au bout d'un moment, cela empêche l'expression libre."

Des questionnaires distribués en ville

Pour autant, Hervé Lucbéreilh assure qu'il assistera, lui et d'autres élus, quand même au grand débat national. "Nous prendrons la parole si nécessaire, mais comme des citoyens lambda." 

Par ailleurs la ville d'Oloron-Sainte-Marie a prévu de recueillir des doléances sur son site internet, en plus des cahiers de doléances. Enfin, des questionnaires seront distribués en ville, au marché ou rue Louis-Barthou par exemple. Les questions posées rentrent dans le cadre du grand débat, "pour le décentraliser" assure Hervé Lucbéreilh.