Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Opération contrôle des plans d'eau pour la brigade fluviale d'Indre et Loire

mercredi 8 août 2018 à 5:05 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

Les gendarmes de la brigade fluviale de Saint Pierre-des-Corps ont passé au peigne fin les installations du plan d'eau de Hommes, non loin de Langeais. Aucune infraction n'a été relevée.

Des sauveteurs à l'écoute des remarques de la gendarmerie au plan d'eau de Hommes
Des sauveteurs à l'écoute des remarques de la gendarmerie au plan d'eau de Hommes © Radio France - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

Comme chaque été, en Touraine, les lieux de baignades sont dans le viseur de la brigade fluviale de la gendarmerie d'Indre et Loire basée à St Pierre des Corps. Ce mardi 7 août, les gendarmes ont contrôlé le plan d'eau de Hommes au nord de Langeais, un plan d'eau qui accueille en moyenne 110 baigneurs avec des pointes de 150 à 180 personnes le week-end. Les deux sauveteurs diplômés chargés de la surveillance ont dû montrer patte blanche aux gendarmes. "Est-ce que l'un de vous peut nous montrer les affichages, le plan de secours, et les diplômes?" lance l'adjudant-chef Philippe Darbot, commandant la brigade fluviale.

L'ensemble du poste de secours est contrôlé, du simple affichage des diplômes en passant par les trousses de secours et le défibrillateur, les gendarmes passent tout en revue. L'adjudant-chef Philipe Darbot, commandant la brigade fluviale, est courtois mais ferme. Au milieu du vent qui souffle fort, les deux jeunes sauveteurs chargés de la surveillance du plan d'eau répondent sans sourciller aux questions

Vous avez été mis au courant de l'arrivée possible des orages? -Philippe Darbot 

Oui, s'il y a un risque on prévient les usagers avec un sifflet, on fait évacuer le bassin et on change la flamme qui devient rouge. Et là on passe en baignade interdite -Romane Allard, sauveteur diplômée BNSSA

Sur l'un des plans d'eau, des jeux aquatiques sont proposés par la société privée Les Farmers - Radio France
Sur l'un des plans d'eau, des jeux aquatiques sont proposés par la société privée Les Farmers © Radio France - Denis Guey

Une demi heure est suffisante pour faire un bilan pour Philippe Darbot: "on a regardé la bouteille d'oxygène, le défibrillateur, le masque d'inhalation, la trousse de secours, les médicaments, tout est correct. Sur l'affichage, il faudra juste rectifier la date d'ouverture et de fermeture exacte du plan d'eau, à un jour près, pour qu'il n'y ait pas de contestation sur la responsabilité en cas d'accident"

Romane Allard a 22 ans, elle est diplômée du BNSSA, le brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique. La surveillance de 110 baigneurs ou plagistes est une lourde responsablité. Elle donne en exemple l'une des principales infractions à laquelle elle doit faire face autour du plan d'eau de Hommes: "ce sont principalement des enfants sans surveillance avec des bouées aux bras mais c'est insuffisant comme sécurité car la bouée peut se dégonfler et l'enfant paniquer, et donc on s'approche des parents pour leur expliquer. En général, cela se passe bien."

La surprise vient essentiellement de l'âge des deux surveillants-sauveteurs, une jeune fille de 22 ans et un garçon 17 ans., jeunes mais tous deux diplômés du brevet national de sécurité et sauvetage aquatique. Ici, à l'évidence, la valeur n'attend pas le nombre des années;