Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Opération "port mort" à Lorient contre la réforme des retraites

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Les dockers de Lorient bloquent les entrepôts frigorifiques pour l'opération "Ports morts" depuis mercredi. Ils exigent le retrait du projet de loi contre la réforme des retraites.

Port de Lorient
Port de Lorient © Maxppp - Robert Le Gall

Deuxième jour de mobilisation à Lorient : la CGT Ports et Docks appelle à bloquer les ports pour refuser la réforme des retraites. "On était entre 40 et 50 hier sur le port de Lorient et c'est la même chose ce matin. On bloque les accès au port pour _bloquer les activités des transports frigorifiques notamment_", détaille Eddy Le Goulven, secrétaire CGT des dockers à Lorient.

En jeu, la pénibilité, qui permet de partir un peu plus tôt : "On a un accord de branche et rien ne dit que le dispositif va continuer. Et si demain on devait être amené à partir plus tard à la retraite, on va être impacté. Nos employeurs nous disent que le dispositif n'est pas sécurisé et qu'il n'est viable que jusqu'en 2035. Notre espérance de vie est écourtée de sept à huit ans et on part à la retraite à 60 ans (pour les carrières longues) et pour les autres à 62 ans."

On ira jusqu'au bout pour retirer ce projet de loi

75% du commerce extérieur passe par les ports. Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes-St Nazaire évalue les pertes à plusieurs millions d'euros. A Marseille, la CCI parle de près de 100 millions d'euros. Mais pas question de lever le pied pour Eddy Le Goulven : _"On dit qu'on ira jusqu'au bout pour retirer ce projet de loi. Le texte va être déposé demain donc on veut peser sur les députés qui vont voter sur un texte qui n'est pas complet.  _A Lorient, les entreprises impactées ne sont pas venues nous voir ou parler avec nous. Et les gens que l'on voit ne sont pas très négatifs envers nous car ils savent bien que leurs enfants à eux-aussi seront impactés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu