Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des rapaces pour chasser les goélands d'un collège de l'île de Ré

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Une opération d'effarouchement pour chasser les goélands d'un collège de Saint-Martin-de-Ré vient d'être lancée. C'est la première fois qu'une opération de ce type à lieu sur l'île. Les oiseaux sont de plus en plus nombreux dans l'enceinte de l'établissement, ce qui cause plusieurs désagréments.

Des rapaces surveillent la cour du collège de Saint-Martin-de-Ré pour éloigner les goélands
Des rapaces surveillent la cour du collège de Saint-Martin-de-Ré pour éloigner les goélands © Radio France - Manon Klein

Saint-Martin-de-Ré, France

Les goélands en avaient un peu fait leur quartier général : les élèves et le personnel du collège "Les Salières" à Saint-Martin-de-Ré doivent depuis plusieurs années cohabiter avec les oiseaux. Problème : ces derniers sont de plus en plus nombreux à venir se nicher sur les toits et dans la cour de l'établissement. Ce qui a pu causer quelques désagréments : nuisances sonores, déjections sur les bâtiments, ou encore comportements agressifs des volatiles pendant la période de nichage, juste après la ponte de leurs œufs. 

Pour remédier à cette situation, une opération d'effarouchement vient d'être lancée. Des rapaces sont mobilisés pour faire fuir les goélands.

Faire peur pour éloigner les indésirables

Une équipe de quatre rapaces, aiguillées par des fauconniers, est présente dans l'enceinte de l'établissement depuis deux jours. "L'objectif, c'est d'effrayer les goélands, pour qu'ils comprennent qu'ils doivent aller autre part" explique Jean-François Brault, fauconnier en charge de l'opération. Sur son bras, une buse Harris est perchée. Elle surveille du coin de l’œil les goélands qui la survole. 

"Parfois les goélands s'approchent, et la houspillent, comme pour lui dire de partir, mais ils ne viennent jamais trop près car ils sont conscients du danger" explique le fauconnier. "C'est la première fois qu'une opération de ce type est menée sur l'île de Ré" précise Lionel Quillet, président de la communauté de communes de l'île de Ré.

Les goélands tournent toujours au dessus du collège de Saint-Martin-de-Ré, mais ils n'osent plus vraiment s'en approcher - Radio France
Les goélands tournent toujours au dessus du collège de Saint-Martin-de-Ré, mais ils n'osent plus vraiment s'en approcher © Radio France - Manon Klein

Les goélands, de plus en plus présents dans les zones urbanisées

Une cinquantaine de goélands, essentiellement des goélands argentés, ont pris pour habitude de venir dans l'enceinte du collège. Ils y ont établi une trentaine de nids. Ils sont de plus en plus nombreux à s'approcher de l'établissement, une situation qui ne surprend pas Jean-Christophe Lemesle, conservateur de la réserve naturelle de Lilleau des niges, située au nord de l'île de Ré. Ce spécialiste des oiseaux est associé à l'opération d’effarouchement en cours dans le collège. "Les mouettes viennent dans les zones urbaines car elles y sont en sécurité (....) elles peuvent y trouver facilement de la nourriture, dans les poubelles par exemple" explique Jean-Christophe Lemesle.

Les séances d'effarouchement en cours n'ont pas vocation à tuer les goélands, mais à la pousser à aller autre part. Idéalement, les acteurs de cette opération souhaitent qu'elles retournent vers la réserve naturelle qui se trouve sur l'île. Les fauconniers et leurs rapaces vont poursuivre leur action dans l'enceinte du collège pendant près de six semaines.

Choix de la station

France Bleu